Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un chirurgien condamné pour avoir soutiré plusieurs millions d'euros à son oncle

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/05/2012

0 commentaires

Maltraitance contre un parent atteint de la maladie d’Alzheimer

LYON — Le tribunal correctionnel de Lyon a condamné mercredi 16 mai un chirurgien de Chambéry, soupçonné d’avoir soutiré plusieurs millions d’euros à un oncle fortuné, à un an de prison avec sursis pour abus de faiblesse.

L’oncle, un veuf âgé de 86 ans aujourd’hui, ancien patron de pharmacie et de laboratoires d’analyses résidant à Caluire (Rhône), avait déposé plainte fin 2007, s’estimant manipulé. D’après son avocat, Me Eymeric Molin, il avait légué en l’espace de quelques semaines entre fin 2006 et début 2007 à son neveu et au frère de celui-ci, alors hospitalisé, l’ensemble de son patrimoine immobilier, s’élevant à 5 millions d’euros. 

Le vieil homme était à cette époque en froid avec son fils adoptif, qui aurait bénéficié également de libéralités auparavant, d’après Me Michaël Zaiem, avocat du chirurgien vasculaire réputé, Bernard Habozit, âgé de 64 ans. Fin mars, lors de l’audience, celui-ci avait réfuté tout abus de faiblesse et s’était étonné d’être le seul poursuivi, en l’absence du notaire de son oncle. La défense avait produit un certificat médical attestant que l’oncle, placé depuis sous curatelle, était parfaitement sain d’esprit au moment des faits, tandis que le fils avait mis en exergue une expertise évoquant une maladie d’Alzheimer.

Le procureur avait requis une peine de deux ans de prison avec sursis. Le tribunal a condamné le chirurgien à un an de prison avec sursis pour abus frauduleux de faiblesse”, le relaxant pour les faits d’extorsion qui lui étaient également reprochés.

Il devra également verser à son oncle quelque 151.000 euros au titre du préjudice matériel, 40.000 euros au titre du préjudice de jouissance pour ne pas avoir pu profiter de sa villa en bord de mer, et 10.000 euros au titre du préjudice moral.

En outre, le chirurgien devra régler 3.000 euros au fils du vieil homme pour son préjudice moral. Son avocat pense faire appel de sa condamnation.

Partager cet article

Sur le même sujet