Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bac : le doyen national des candidats est un Périgourdin de 87 ans

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 29/05/2012

0 commentaires

Le doyen national du baccalauréat 2012 est un Périgourdin de 87 ans, René Buffière, candidat aux épreuves de la série ES qui dédie ses efforts” à son fils Daniel, un inspecteur du travail tué en 2004 par un agriculteur, a‑t-on appris mercredi auprès de l’intéressé et du rectorat.

Je me suis décidé (à passer les épreuves) il y a cinq ans”, raconte cet ancien chauffeur médical, retraité depuis 1984 et qui vit désormais dans une maison de retraite de Bassillac (Dordogne). Né en Dordogne le 1er novembre 1924, une enfance très pauvre” l’a empêché d’aller au-delà d’un certificat d’études décroché en 1938, dit-il.

Il y a trois ans, j’avais passé le bac français mais ça n’avait pas marché”, notamment à l’écrit”, poursuit l’octogénaire, inscrit en filière économique et social” (ES). Il passera les épreuves, qui commencent le 18 juin avec la philosophie, au lycée Bertran-de-Born de Périgueux. Selon le rectorat de Bordeaux, il bénéficiera d’un peu plus de temps pour terminer les épreuves.

En attendant, René Buffière révise chaque jour ses manuels, assis sur (son) lit”. Inscrit au centre national d’enseignement à distance (Cned), cet ancien résistant dit son penchant pour l’économie et l’histoire, notamment celle de la Deuxième guerre mondiale, qu’il affirme connaître par coeur”. Il confesse également un certain goût pour les philosophes allemands Emmanuel Kant et Karl Marx de même que pour le sociologue allemand Max Weber.

Père de quatre enfants et veuf depuis 2003, il dédie tous (ses) efforts” à sa mère et à l’un de ses fils, Daniel Buffière, contrôleur de la mutualité sociale agricole (MSA) de 47 ans tué avec une collègue le 2 septembre 2004 à Saussignac (Dordogne) par un paysan alors qu’il se rendait sur son exploitation. L’exploitant agricole a été condamné en 2007 à 30 ans de réclusion par la cour d’assises de la Dordogne.

Partager cet article

Sur le même sujet