Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un stress majeur pourrait être impliqué dans la maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/06/2012

0 commentaires

Selon l’équipe du Dr Edgardo Reich (Buenos Aires), près de 3 personnes sur 4 atteintes de la maladie d’Alzheimer (73 %) ont vécu un stress majeur dans les trois ans précédant le diagnostic de la maladie, quand seul un quart des sujets sains (23 %) rapportent un tel événement de vie dans les trois ans passés signale Le Quotidien du médecin dans son édition du 11 juin 2012.
L’étude réalisée par l’équipe argentine auprès de 107 personnes malades a été présentée au 22e congrès de la European Neurological Society (ENS) à Prague.

Les sujets âgés en moyenne de 72 ans présentaient une forme légère à modérée de la maladie.
Un délai de 2,5 ans en moyenne s’est écoulé entre le diagnostic et le début des symptômes. Le groupe malade était comparé à un groupe contrôle comparable pour l’âge, le sexe et le niveau d’éducation. Pour rechercher un événement de vie traumatisant, étaient interrogés les patients bien sûr mais aussi leurs proches et le personnel soignant.

Parmi les causes les plus fréquentes, il s’agissait du décès du conjoint (21 cas), du décès d’un enfant (14 cas), d’une agression physique ou d’un vol (20 cas) ou d’un accident de voiture (10 cas). D’autres facteurs de stress ont été relevés comme les problèmes financiers, le choc du niveau de l’allocation retraite, les diffcultés d’adaptation lié à un déménagement ou le diagnostic d’une maladie grave dans la famille.

« Le stress, d’après nos résultats, est probablement un facteur déclencheur des symptômes initiaux de démence, explique le Dr Reich. Bien que j’exclus le stress comme cause unique de démence, les travaux de recherche consolident l’idée que le stress peut provoquer un processus dégénératif cérébral et précipiter des troubles neuro-endocriniens et immunitaires. » Le chercheur souligne ainsi l’évidence qu’il serait bon de prêter davantage attention à la vie émotionnelle et au parcours de vie, « y compris et en particulier chez les sujets âgés ». 

Partager cet article

Sur le même sujet