Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La reconnaissance vocale pour détecter la maladie de Parkinson

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/07/2012

0 commentaires

« Siri, est-ce que j’ai la maladie de Parkinson ? »

Max Little, chercheur au MIT (l’Institut technologique du Massachusetts) et à l’université d’Oxford travaille à l’élaboration d’un logiciel détectant les modifications dans la voix. Celles-ci seraient révélatrices de l’apparition des premiers symptômes de la maladie de Parkinson.

Siri, l’outil de reconnaissance vocale d’Apple pour l’iPhone 4S pourrait également servir dans le secteur médical, notamment dans la détection de la maladie de Parkinson”. Il pourrait ainsi devenir possible de d’interroger son smartphone Siri, ai-je la maladie de Parkinson ?” et de l’entendre répondre, relate le quotidien Metro

Pour mettre au point son système, le scientifique a suivi 50 personnes atteintes de cette maladie neurologique. Il a enregistré leur voix une fois par semaine pendant six mois. Grâce à ces données, Max Little a mis au point un algorithme qui décèle dans la voix les changements purement associés à la maladie. Le logiciel était ainsi capable d’une précision de 86 % lors des derniers tests effectués sur une population aléatoire.

Fort de ces résultats, le projet de l’universitaire est de collecter 10 000 voix à travers le monde grâce à un site pour l’instant ouvert à sept pays. Max Little reste toutefois très modeste quant aux possibilités actuelles du logiciel, indique Metro qui signale que le chercheur a déclaré à la BBC « Il ne s’agit pas de remplacer les spécialistes, mais d’aider à identifier de manière peu coûteuse les patients présentant un risque. Le système peut aussi permettre le suivi des symptômes entre deux rendez-vous chez le spécialiste ».

Les technologies sont de plus en plus sollicitées dans la détection de symptômes. La semaine dernière deux universitaires annonçaient travailler à la mise au point d’un logiciel pouvant dépister des risques de dépression, précise Metro en conclusion.

Partager cet article

Sur le même sujet