Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Le tétanos reste rare mais touche généralement des personnes âgées

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/07/2012

0 commentaires

Une moyenne d’âge de 82 ans pour 36 cas rapportés

Exceptionnel” en France, le tétanos garde malgré tout un taux de mortalité élevé, selon une étude publiée le 26 juin 2012 qui
souligne que ces morts pourraient être totalement évités avec des rappels de vaccin à jour.

Entre 2008 et 2011, 36 cas ont été répertoriés en France pour cette toxi-infection aiguë, grave et souvent mortelle” qui se déclare généralement à la suite d’une blessure, indique dans l’étude Denise Antona de l’Institut de veille sanitaire (InVS).
Parmi ces cas, 11 se sont révélés mortels et l’infection touche généralement des personnes âgées, avec un moyenne d’âge de 82 ans pour les 36 cas rapportés, selon cette étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

L’infection produite par un bacille anaérobie, le Clostridium tetani, est généralement causée par une blessure avec un outil souillé avec de la terre (13 cas sur 36), souvent avec du matériel de jardinage, mais aussi parfois par une chute avec une plaie qui a été souillée par le sol (neuf cas).

Plus rarement, elle découle d’une griffure ou d’une morsure (un cas d’infection par griffure de chat et un autre par morsure de rat), indique l’épidémiologiste dans cette étude.

Les cas surviennent toujours chez des sujets mal ou non vaccinés” et cette infection qui entraîne systématiquement une hospitalisation prolongée en service de réanimation, s’avère souvent mortelle et peut entraîner des séquelles physiques importantes.

Si on appliquait plus rigoureusement la politique de rappels de vaccination antitétanique chez les adultes (en principe un rappel tous les dix ans), tous les cas de décès pourraient être évités”, souligne Madame Antona. Il faut favoriser une politique de rappels effectués à l’occasion de toute consultation chez le médecin traitant dont le rôle doit être de souligner l’importance de cette vaccination très bien tolérée” ajoute-t-elle.

Les chiffres des cas de tétanos en France ont montré une décrue régulière dans la dernière moitié du 20e siècle, avec plus de 300 cas par an en 1975 juqu’à atteindre moins d’une dizaine à la fin des années 90. Depuis le nombre de cas reste stable.
L’incidence est minime mais compte tenu de la gravité extrême de l’infection (31% des cas ont été fatals ces quatre dernières années), le tétanos demeure un problème de santé publique.

Partager cet article

Sur le même sujet