Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées : de bons muscles dopent le squelette

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 02/07/2012

0 commentaires

Une étude du Journal of bone and mineral research

Il est établi que l’exercice physique, chaque jour, en fonction de ses capacités, réduit le risque d’hypertension, de diabète, de maladies cardio-vasculaires, de dépression… Le sport (voire la marche) galbe la silhouette et réduit le risque d’obésité. 

La marche rapide, la natation, la randonnée ou le vélo n’entraînent pas de risques de santé notables et n’offrent que des bénéfices. Une nouvelle étude publiée le 20 juin dans le Journal of Bone and Mineral Research révèle qu’une masse musculaire « saine », préserve la solidité des os. 

Avec l’âge, la densité osseuse diminue, ce qui accroît le risque de fracture, notamment du col du fémur, mais aussi des vertèbres. Les médecins de la Mayo Clinic (Etats Unis) se sont intéressés à 272 femmes et 317 hommes âgés de 20 à 97 ans. Et pour chacun d’entre eux ont établi une mesure précise de leur masse musculaire et procédé à un examen de leur densité osseuse, en utilisant des techniques d’imagerie sophistiquées. 

Ils ont pu observer qu’une masse musculaire forte était toujours corrélée à des os solides, notamment au niveau de la colonne vertébrale, du fémur, du tibia, et au niveau des avant-bras.

Repérer l’ostéoporose

Par ailleurs, ils ont découvert l’IGFBP2, un marqueur de l’ostéoporose, associé à une faible masse musculaire chez les deux sexes. Calculer le bon dosage serait donc un bon marqueur pour évaluer la qualité musculaire. 

C’est la première fois que la corrélation entre densité musculaire et osseuse a pu être établie de manière rigoureuse. L’état musculaire et osseux est vital pour les personnes âgées. Des muscles faibles augmentent le risque de chute, ce qui, chez une personne fragile sur le plan osseux, peut conduire à des fractures graves, notamment du col du fémur, et à l’entrée dans la perte d’autonomie.

Pour l’instant, à part l’exercice physique, il n’y a pas d’autres stratégies pour doper sa masse musculaire. Des recherches sont menées pour découvrir des médicaments qui mimeraient les effets de l’exercice physique, pour ceux qui y sont totalement récalcitrants.

Partager cet article

Sur le même sujet