Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Marisol Touraine veut désengorger les hôpitaux des personnes âgées

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/08/2012

0 commentaires

Une partie du grand emprunt ira aux hôpitaux

Pour réduire le déficit de l’assurance maladie, il faut faire en sorte de moins dépenser et de mieux dépenser. Par exemple (…), les gens vont trop souvent et trop longtemps à l’hôpital. Il y là des gisements importants d’économies”, a déclaré Mme Touraine.

Je vais engager un plan permettant de réduire les hospitalisations qui ne sont pas strictement nécessaires”, a‑t-elle indiqué, sans plus de précisions. On n’a pas toujours besoin d’y aller, c’est le cas par exemple pour les personnes âgées qui pourraient être soignées chez elles ou dans leur maison de retraite”, a‑t-elle aussi argumenté.

Interrogée sur la possibilité pour l’Etat d’être plus directif envers les Français pour faire davantage d’économies, Mme Touraine a répondu que la France avait une culture de l’incitation, de l’accompagnement”. Je crois que nous pouvons expliquer, faire de la pédagogie, mieux former et atteindre des résultats satisfaisants”, a‑t-elle dit.

Pour autant, si nous n’arrivions pas à notre objectif de l’équilibre (des comptes, ndlr) à l’horizon 2017, il est probable que nous devrions passer à des mesures plus directives”, a dit la ministre.

Par ailleurs, le gouvernement envisage de mobiliser une partie des sommes non affectées du grand emprunt vers les hôpitaux, mais pas pour combler leurs déficits mais pour financer des investissements a affirmé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine. Certains hôpitaux : sont confrontés à des difficultés de trésorerie et pour cela, le gouvernement fait ce qu’il doit pour (leur) permettre de faire face à leurs besoins”, a déclaré Mme Touraine sur RMC/BFMTV.

Mais par ailleurs, des besoins existent en termes d’investissement pour que les grands centres hospitaliers deviennent des plates-formes modernes, des plates-formes de recherche, d’innovation”, a continué la ministre. C’est en direction de cet investissement d’avenir que nous réfléchissons à trouver des fonds qui ne soient pas ceux de la sécurité sociale mais, par exemple, l’argent du grand emprunt”, a encore expliqué la ministre de la Santé et des Affaires sociales.

Les besoins des hôpitaux seraient dans les années à venir (d’)environ 6 milliards d’euros”.

Partager cet article

Sur le même sujet