Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'Allocation adulte handicapé (AAH) arrive au terme de son programme de revalorisation

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 03/09/2012

0 commentaires

2013 pourrait être une année blanche

Le 1er septembre, est entrée en vigueur la dernière tranche de la revalorisation de l’AAH (allocation aux adultes handicapés). Cette majoration de 2,18% du montant de l’allocation achèvera la revalorisation de 25% promise par Nicolas Sarkozy au début de son mandat en 2007. Cette ultime hausse portera le montant de l’AAH à 776,59 euros par mois.

Cette revalorisation — appliquée également au minimum vieillesse devenu Allocation de solidarité aux personnes âges ASPA — a accru fortement les dépenses consacrées à cette prestation. L’AAH étant une allocation différentielle, le nombre de bénéficiaires potentiels croît en effet avec la progression du plafond de ressources, autrement dit du montant maximal de la prestation. 

Le nombre d’allocataires a aussi progressé de 3,6% en 2010, après +4,1% en 2009 et +4,4% en 2008. Il atteignait 916.700 bénéficiaires en métropole au 31 mars 2012 et — en prenant en compte l’outre-mer — le total se dirige tout droit vers la barre du million d’allocataires. 

Cette évolution se traduit par des dérapages budgétaires régulièrement dénoncés par la commission des finances du Sénat et par la Cour des comptes : +213 millions d’euros supplémentaires pour 2011. L’AAH — versée par les CAF mais financée par l’Etat — représente désormais près de 60% des crédits de la mission Solidarité”, pour une dépense totale de 7,5 milliards d’euros. 

Selon le quotidien Les Echos, le gouvernement envisage un gel provisoire du montant de l’AAH en 2013, la prochaine revalorisation de la prestation étant alors reportée à septembre 2013, dans le cadre de la loi de finances pour 2014. Même si l’arbitrage n’est pas encore rendu, il est vrai que François Hollande s’est bien gardé de tout engagement sur ce point durant la campagne présidentielle. 

De leur côté, les associations demandent une revalorisation au moins égale à celle du Smic décidée en juillet, soit 2%.

Partager cet article

Sur le même sujet