Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Michèle Delaunay entend faire davantage respecter les droits des âgés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 10/09/2012

0 commentaires

Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge des personnes âgées et de l’autonomie, ne veut pas entendre parler d’aînés, ni de personnes âgées mais d’âgés, tout simplement. Elle ne veut pas non plus instaurer une « Société Protectrice des Agés ». Loin sans faut. Pourtant elle tient à faire respecter les droits de celles et ceux qui dans l’avance en âge ne sont plus en mesure de faire en sorte que leurs droits soient respectés. Vers uns loi dans ce sens ? Qu’en pensez-vous ? Telle est la question que nous a posé la ministre lors de notre entretien, ce 5 septembre.
Et vous ? Qu’en pensez vous ? 

Propriété privée, intimité,… Nombreux sont les domaines dans lesquels les droits des personnes les plus vulnérables sont trop souvent bafoués. Diverses et multiples sont les formes de maltraitance qui nourrissent se déplorable constat.
Michèle Delaunay fervente défenseure d’une société sans barrière d’âge entend faire légiférer sur le droit des âgés car estime-t-elle puisque « la jeunesse est un état obligatoire », il ne doit pas être fait de différence entre les âges de la vie. On ne peut tolérer « une avancée en âge sans repère et sans garantie ».
Rien que la vérité. Assurément.

Mais quand est-on âgé ? « Au sortir de la vie professionnelle » précise Michèle Delaunay lorsque pour certains le respect de leurs droits n’est plus de l’ordre de l’évidence.

Les droits de l’homme ne concerneraient-t-ils plus alors en ce 21ème siècle encore naissant et dans lequel l’espérance de vie ne cesse d’augmenter que les droits de celles et ceux qu’il est convenu de nommer les actifs” en opposition aux retraités” ?

Partager cet article

Sur le même sujet