Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les retraités ne passeront pas à la moulinette budgétaire en 2013

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 24/09/2012

0 commentaires

Les plus riches participeront au redressement national”

Le ministre du Travail Michel Sapin a indiqué lundi que les retraités extrêmement aisés” seraient taxés de la même manière que les salariés aisés, mais qu’il ne s’agissait pas de toucher aux retraités aux faibles pensions. La surtaxe de 75% sur les revenus, s’appliquera aussi sur les revenus des retraités, a déclaré le ministre sur Radio Classique.

On dit les retraités” mais parmi les retraités il y a des gens extrêmement pauvres, il n’est absolument pas question de toucher en quoi que ce soit aux 700 euros de la pauvre personne qui vit avec le minimum vieillesse ou aux 1.000 ou 1.200 euros de celui qui a trimé toute sa vie”, a expliqué le ministre du Travail.

Au-delà, il est probable que les retraités participeront à l’effort de « redressement national ». 

Mais pas tout de suite.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a assuré mercredi sur RTL qu’aucune hausse de la CSG ni suppression de l’abattement de 10% pour les retraités n’étaient envisagées” dans le projet de loi de finances (budget) 2013 actuellement en préparation.

Toutes ces discussions viennent des propositions de la cour des comptes qui préconise de récupérer 5 milliards d’euros sur les 12 consacrés aux avantages fiscaux des retraités.

Plusieurs déclarations ministérielles ont laissé entendre qu’une plus grande imposition des retraités n’était pas un sujet tabou mais que cela concernerait en priorité les retraités aisés. Ces propositions ont provoqué une levée de boucliers parmi les associations de défense des pensionnés (CFR, FNAR) et les syndicats de retraités (CGT, FO, CFDT, CFE/CGC, UNSA…).

La Fédération des ainés ruraux a écrit au Président de la Cour des comptes pour rappeler que le taux réduit de CSG dont bénéficient les retraités a été consenti en échange d’une non indexation des retraites. Les Ainés ruraux rappellent que l’engagement massif des retraités dans la vie associative participe de la création du « lien social » et qu’à ce titre, l’exonération fiscale permet de compenser les frais que cette activité leur occasionne. 

Partager cet article

Sur le même sujet