Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées : la durée des feux tricolores n'est pas adaptée à leur vitesse de marche

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/10/2012

0 commentaires

Pourquoi les piétons accidentés sont ils souvent des seniors ?

Les feux rouges sont ils assez longs pour les personnes âgées ?
Les piétons, et particulièrement les seniors, sont souvent impliqués dans des accidents de circulation sur la voie publique, la plupart du temps de leur fait.
Un ralentissement de la vitesse de marche, une perte d’acuité visuelle et auditive, mais également certaines difficultés à prendre rapidement la bonne décision, sont les principales difficultés auxquelles les personnes âgées sont confrontées dans la rue. Des épidémiologistes britanniques se sont demandés si le temps laissé aux piétons pour traverser au feu était suffisant compte tenu de leur vitesse de marche. 
Pour cela, ils se sont fondés sur les données collectées au cours de l’une des enquêtes de santé, réalisée annuellement en Angleterre auprès d’un échantillon représentatif de la population. Au total 3 145 personnes de plus de 65 ans, dont 46% d’hommes, ont reçu une infirmière à leur domicile. Leur vitesse de marche habituelle a pu être mesurée chez 90% des hommes et 87% des femmes. 
Les vitesses moyennes chez les hommes étaient de 1,0 m/​s entre 65 et 69 ans, de 0,9 m/​s entre 70 et 79 ans, de 0,8 m/​s entre 80 et 84 ans et de 0,7 m/​s après 85 ans, respectivement. Ces valeurs étaient plus basses chez les femmes : 0,9 m/​s, 0,8 m/​s, 0,7 m/​s et 0,5 m/​s entre 65 et 74 ans, 75 et 79 ans, 80 et 84 ans et plus de 85 ans. Sur l’ensemble de cette cohorte, 76% des hommes et 85% des femmes avaient une vitesse de marche < 1,2 m/​s, vitesse moyenne sur laquelle sont bien souvent réglés les feux tricolores.
Au-delà de l’âge, le niveau socio-économique, le tabagisme, les maladies chroniques et une santé précaire contribuaient aussi à un ralentissement de la vitesse de marche. Sur la base de ces données, il serait peut-être utile de reconsidérer le temps alloué aux piétons pour traverser la rue en toute sécurité.

Octobre 2012
Auteur : G. Hamon — Successful Aging, Boulogne-Billancourt 
Références : Asher L et al. Age Ageing. 2012;41:690 – 694.
Partager cet article

Sur le même sujet