Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Le ministère de l'intérieur s'inquiète de l'accès aux droits des immigrés âgés

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 19/11/2012

0 commentaires

Les invisibles

MANUEL vALLSLe ministre de l’intérieur avait demandé à Michel Aubouin, directeur de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, de le représenter à l’inauguration du colloque ” Quel accompagnement pour les personnes âgées immigrées ?” ce 13 novembre à Paris.

L
e ministère a engagé un travail sur le thème des personnes âgées immigrées, jugées invisibles.
Les cinq millions de personnes immigrées vieillissent en France. Elles ne repartiront pas au pays.
1,7 millions vieillit en France (de plus de 55 ans, 730 000 de plus de 65 ans, 350 000 de pays de l’union européenne, 210 000 du Maghreb, 30 000 d’Afrique Subsaharienne.

Les femmes immigrées âgées sont particulièrement invisibles, fragilisées, isolées.
60 000 ont plus de 80 ans, et sont moins présentes dans l’espace public, moins appréhendées par les services sociaux, publics.

Faut-il proposer une politique dédiée à ces personnes âgées immigrées ?
Les étrangers ne sont pas distingués des autres citoyens français âgés.
Ils peuvent bénéficier selon les droits acquis des dispositifs sociaux. D’autant que l’accès aux procédures liées à la retraite, aux aides, allocations est particulièrement complexe.
Or la barrière de la langue, les difficultés sociales, la pauvreté ralentissent l’accès aux droits sociaux et aux services de santé.
Selon les statistique du ministère, leur recours aux soins sont trois fois moindre que dans le reste de la population.

Ces réalités sont connues du Défenseur des droits représenté au colloque par madame Lyazid.

Lever les non-recours aux droits pousse le ministère à agir.
Il veut fédérer les moyens et les méthodes, les expériences des autres ministères (santé, cohésion sociale, CNAV/CARSAT…), des associations, des collectivités locales, des lieux d’hébergement (foyers), des services publics, les ADLI (Action de Développement Local à l’Intégration ) pour lever les freins et permettre l’intégration de ces personnes dans notre société.

En images : l’ouverture du colloque Quel accompagnement pour les personnes âgées immigrées” ? par Michel Aubouin, directeur de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, ministère de l’intérieur”

Partager cet article

Sur le même sujet