Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Lancement d'une grande enquête nationale sur l'arthrose

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/12/2012

0 commentaires

Différencier les pathologies regroupées sous ce nom

Logo stop arthroseLes principaux acteurs impliqués dans la prise en charge de l’arthose lancent une grande enquête nationale sur cette maladie, qui touche entre 9 et 10 millions de Français, selon l’association française de lutte antirhumatismale (Aflar).
Regroupés depuis décembre 2011 au sein d’une Alliance Nationale contre l’arthrose, ils ont ouvert une plateforme sur internet (www​.stop​-arthrose​.org ) visant à recruter 2.000 patients afin de mieux connaitre leurs attentes et aider les chercheurs à orienter leurs travaux, précise l’Aflar.
Maladie handicapante méconnue qui ne touche pas que les personnes âgées, l’arthrose est la seconde cause d’invalidité en France avec 5 millions d’arrêt de travail répertoriés entre 1993 et 2003.
Alors qu’on a longtemps cru qu’il s’agissait d’une maladie due à l’usure inévitables des articulations avec l’âge, les rhumatologues estiment aujourd’hui qu’il existe différentes formes d’arthroses, issues de phénomènes complexes, mettant en jeu les divers tissus des articulations.
Selon le Pr Xavier Chevalier, président de la section arthrose de la Société française de rhumatologie, l’arthrose peut correspondre à des processus pathologiques très différents, parmi lesquels il cite l’arthrose métabolique, liée à un surpoids ou une obésité, qui n’a rien de commun avec une arthrose chez un homme jeune faisant suite à un problème mécanique” du ménisque.
Sur le thème face à l’arthrose, mobilisons-nous pour rester mobiles, les patients volontaires seront invités à répondre à un vaste questionnaire sur l’évolution de leur arthrose et ses répercussions sur leurs activités quotidiennes, les traitements utilisés pour la combattre, mais aussi sur tout ce qu’ils savent ou croient savoir de cette maladie.
Une campagne nationale d’information d’une durée d’un an accompagnera cette initiative, dont les organisateurs espèrent qu’elle stimulera la recherche et débouchera sur des traitements plus efficaces.
Actuellement la prise en charge passe essentiellement par des traitements anti-douleur, la kinésithérapie, le port d’orthèses (appareillage) et dans les cas les plus graves la chirurgie. Il est également conseillé de faire de l’exercice physique, de perdre du poids et d’éviter de trop solliciter l’articulation malade.
L’Aflar a versé le mois denier une bourse de 50.000 euros à France Rhumatisme, un fonds destiné à la recherche contre les maladies des os et des articulations.

En savoir plus : www​.stop​-arthrose​.org

Partager cet article

Sur le même sujet