Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées : Un espace de gym cérébrale à Paris d'ici à fin 2013

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/12/2012

0 commentaires

Le centre sera payant mais pris en charge par certaines mutuelles

Un espace de gym cérébrale, baptisé Cérébroscope, devrait voir le jour d’ici à fin 2013 à Paris avec comme objectif de valoriser le potentiel cérébral” de ses futurs usagers, a indiqué mardi 11 décembre, l’instigatrice du projet, Monique Le Poncin-Séac’h.
Le Cérébroscope se présente comme un espace de solutions contre le handicap cérébral, à la disposition de tous, pour un mieux-être cérébral quotidien à long terme et un meilleur avenir”, selon une plaquette de présentation. Le futur lieu, qui pourra recevoir jusqu’à 500 personnes par jour, s’adressera aussi bien à des jeunes en difficultés scolaires que des adultes bloqués face à une obligation de reclassement professionnel, ou bien à des personnes âgées gênées par des trous de mémoire, a expliqué Mme Le Poncin-Séac’h, lors d’une conférence de presse de présentation.
Neurophysiologiste de formation, Mme Le Poncin-Séac’h a mis au point des méthodes d’évaluation pour faire le bilan des capacités cérébrales et des méthodes d’apprentissage, afin que chacun puisse apprendre à trouver (soi)-même des solutions pour palier tout ou partie d’un handicap cérébral fonctionnel”. Il s’agit de donner des solutions immédiates” aux personnes qui se soumettent aux tests, avec par exemple la méthode gym-cerveau” pour réactiver le cerveau” et rééduquer la mémoire, ou bien la technique yi-cerveau” inspirée de la gestuelle de la gymnastique traditionnelle chinoise tai-chi-chuan pour maîtriser ses comportements cognitifs”.
Le futur espace, dont le budget de départ n’a pas été détaillé, s’adressera aux personnes victimes de plans sociaux devant faire face à un nouvel apprentissage, aux élèves en échec scolaire ou aux anciens” éprouvant un glissement cérébral” avec des pertes de mémoire grandissantes.
Le centre, qui bénéficie de l’appui d’une fédération de mutuelles, la Fnim, verra le jour au coeur de Paris, dans un endroit restant encore à déterminer. Il emploiera une douzaine de personnes, dont des psychologues et orthophonistes. Il sera payant, mais partiellement remboursé par certaines mutuelles adhérentes à la Fnim. Le bilan y sera facturé 20 euros, tandis que le stage de deux jours coûtera 595 euros.
Partager cet article

Sur le même sujet