Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées : la vitesse de marche ralentit au grand âge car chaque pas coûte plus cher en énergie

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/01/2013

0 commentaires

Ralentir pour ne pas brûler trop d’oxygène

La vitesse de marche ralentit au grand âge car chaque pas coûte plus cher en énergie
La vitesse de marche est considérée comme un bon reflet de l’état général des personnes âgées. Les affections chroniques et les invalidités sont susceptibles d’être consommatrices d’énergie, ce qui diminue les réserves disponibles pour les activités physiques, pouvant ainsi contribuer à un ralentissement de la vitesse de marche. 
L’évolution des dépenses énergétiques lors de la marche a été évaluée chez des participants de la cohorte Baltimore Longitudinal Study of Aging. Les 420 participants étaient âgés de 32 à 96 ans au moment de l’essai. Leur vitesse de marche habituelle a été évaluée à 2 reprises, sur une distance de 6 mètres. Les dépenses énergétiques associées ont été mesurées pendant 2,5 min par calorimétrie indirecte.
La consommation d’oxygène et la production de C02 ont été mesurées en continu.
Parmi les participants, la moitié était des hommes, 157 avaient moins de 65 ans et 76 étaient âgés de 80 ans ou plus. La vitesse de marche moyenne était de 1,1 m/​s, avec des valeurs extrêmes de 0,5 à 1,9 m/​s. Elle restait relativement stable jusqu’à 65 ans, puis diminuait progressivement ensuite. Les dépenses énergétiques par unité de temps lors de la marche habituelle demeuraient inchangées quel que soit l’âge.
En revanche, plus l’énergie nécessaire pour parcourir 1 mètre augmentait, plus le pas se ralentissait, en particulier après 80 ans. Cette relation demeurait significative après ajustement sur les comorbidités et la présence de douleurs articulaires en particulier.
Ces résultats viennent conforter l’hypothèse selon laquelle les personnes âgées ralentissent leur allure pour maintenir le même niveau de consommation d’oxygène, conséquence de l’augmentation du coût énergétique pour chaque pas accompli en raison de l’âge et des éventuelles affections chroniques.

Publié en Novembre 2012
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Schrack JA et al. J Am Geriatr Soc. 2012;60:1811 – 1816.
Rappelons que l’approche Humanitude apporte ses techniques pour favoriser la marche régulière et la station debout au minimum pendant vingt minutes par jour.
La verticalité n’est pas le contraire de l’âge en général, ni du grand âge en particulier. (Cf. le DVD Humanitude destiné aux aidants familiaux de malades Alzheimer et son bonus vieillir debout”). 

Partager cet article

Sur le même sujet