Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : Et moi, que puis-je faire pour vous ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/01/2013

0 commentaires

Edito annie de vivieLes grands froids (comme tout épisode météorologique extrême) alertent sur la nécessaire inter-dépendance entre les uns et les autres. Impossible de rester seul face aux intempéries. La vie en société nous met en relation avec nos pairs, avec nos proches, des professionnels du quotidien (commerçants), comme avec des acteurs publics qui décident pour nous, de loin.

En rendant service aux plus âgés d’entre nous, on entend souvent en retour Merci beaucoup, mais moi je ne peux rien faire pour vous.

Quand on reçoit quelque chose, il nous faut avoir la possibilité de rendre, pour éviter de nous mettre trop en dette vis à vis de celui qui nous a donné (Voir l’analyse du don et du contre don de l’anthropologue Marcel Mauss).

Comment rendre” service quand on est fragilisé, malade, affaibli ?
Au-delà de l’indispensable remerciement de politesse, cela peut prendre la forme de menus services quotidiens comme garder les clés des voisins soucieux pendant leurs vacances, surveiller leur courrier, alerter sur les services locaux que l’on a pris le temps de lire dans le journal municipal, donner des conseils (pour les devoirs des enfants, des lectures), inviter à prendre un café, offrir une de ses spécialités (gâteaux, recettes ou dessins, poésie)…

La personne qui a été aidée peut aussi aider : en appelant pour prendre des nouvelles, en participant (même à distance, par écrit, par téléphone, via Internet) à différentes associations, mouvements…

Garder la relation, quelle qu’elle soit, maintenir le lien est vital. On le sait, l’Homme est un être social et relationnel.

Attention toutefois à la dictature du rester socialement utile ” ? Ne risque-t-on pas de tomber dans l’utilitarisme, la pression économique, l’activisme, la tyrannie du bien vieillir” à tout crin ?

Quelle place proposons-nous aux personnes qui ne peuvent plus (ou ne veulent plus) être actives dans le circuit de l’échange social ?
Une question politique au sens noble du terme !

Pour aller plus loin et découvrir des initiatives qui participent à cette intégration sociale”, consultez notre prix Vivre ensemble aujourd’hui et demain” : et notamment les films des lauréats comme Voisin’âge” des Petits frères des pauvres ou les établissements communautaires au Québec

Partager cet article

Sur le même sujet