Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Personnes âgées : prudence sur l'automédication

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 21/01/2013

0 commentaires

Les interactions de médicaments peuvent générer chutes et hémorragies

Les trés jeunes enfants et les personnes âgées sont particulièrement sensibles aux médicaments. L’automédication peut avoir sur eux des conséquences désastreuses.
L’automédication est à risque chez le jeune enfant, la femme enceinte ou allaitante et la personne âgée révèle une enquête du journal Le Figaro du 11 janvier. 
Chez les enfants très jeunes, le risque est de générer des symptomes que personne ne saura interprêter faute d’un dialogue avec l’enfant.
À l’opposé, les personnes âgées de plus de 75 ans sont souvent fragilisées par certains désordres fonctionnels liés au vieillissement. « Les personnes âgées ont pratiquement toujours une insuffisance rénale, même discrète, qui va réduire l’excrétion des médicaments. Elles sont aussi fréquemment déshydratées, avec une fonction hépatique parfois altérée qui va assurer moins vite et moins bien la métabolisation des médicaments par le foie », explique le Pr Chast. 
Les personnes de plus de 75 ans présentent donc un risque accru de surdosage. Les chutes dues au traitement de l’insomnie par des produits moins anodins qu’il n’y paraît s’expliquent en partie ainsi. Comme les personnes âgées ont par ailleurs souvent plusieurs médicaments au long cours parce qu’elles sont arthrosiques, hypertendues, diabétiques, cardiaques, etc., le risque est grand de créer des interactions médicamenteuses génératrices de troubles.
Un anti-inflammatoire d’automédication pris pour calmer une douleur et un anticoagulant au long cours peut se révéler ainsi être cause d’hémorragies digestives graves.

Partager cet article

Sur le même sujet