Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La France ne sera pas au rendez-vous de l'accessibilité en 2015

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 11/03/2013

0 commentaires

La sénatrice Claire-Lise Campion a remis au premier ministre le 1er mars dernier son rapport Réussir 2015 : accessibilité des personnes handicapées au logement, aux établissements recevant du public, aux transports, à la voirie et aux espaces publics”. Un rapport qui comme on pouvait s’y attendre reconnaît que la France ne sera pas au rendez-vous de 2015” en matière d’accessibilité.

Si elle admet que les nouveaux bâtiments répondent correctement aux objectifs de mise en accessibilité, le chemin semble encore bien long pour les établissements plus anciens (ERP). Les raisons invoquées sont diverses : coûts de la mise aux normes, complexité de la réglementation, traitement des demandes de dérogation différencié selon les départements…

Pour tenter d’accélérer le mouvement, la sénatrice propose d’instaurer des Agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP), qui permettraitent d’obtenir des délais supplémentaires de 3 ou 4 ans et par ailleurs renouvelables de deux ou trois ans.

De même, Claire-Lise Campion envisage de prioriser les travaux, de mettre en place des prêts bonifiés et de créer un plan global pour développer la formation des professionnels. Jean-Marc Ayrault a depuis sollicité l’ensemble des ministres concernés les invitant à se mobiliser pour élaborer un plan d’action gouvernemental qui devrait être validé lors du prochain comité interministériel du handicap, à la fin du premier semestre 2013.

Les associations n’ont toutefois pas manqué de réagir. Si l’Association des Paralysés de France (APF) a souligné le travail et l’analyse approfondie de la sénatrice, elle demande une concertation pour connaître les suites que le gouvernement souhaite donner à ce rapport et discuter des mesures retenues”.
Selon l’association, la majorité des mesures préconisées dans ce rapport sont largement insuffisantes pour que les acteurs privés et publics puissent aboutir à la concrétisation d’une réelle accessibilité.” Elle tient enfin à exprimer son immense déception” considérant qu’il s’agit d’un report déguisé de l’échéance de 2015 !”


Partager cet article

Sur le même sujet