Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Monoxyde de carbone: plus de 3 000 personnes intoxiquées au cours de l'hiver 2012-2013

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 18/03/2013

0 commentaires

33 décès depuis septembre 2012

Plus de 3 000 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone, dont 33 sont mortes depuis le 1er septembre 2012 et l’arrivée des premiers froids, notamment en raison d’appareils de chauffage défectueux ou inadaptés, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS).
Le monoxyde de carbone (CO), gaz invisible et inodore, peut être mortel en moins d’une heure, et il est responsable d’une centaine de décès chaque année, selon les autorités sanitaires.

Les groupes électrogènes ne doivent jamais être installés dans un lieu fermé (maison, cave, garage…), mais impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments, rappellent-elles.

Il faut également faire vérifier et entretenir chaudières, chauffe-bains, inserts, poêles” et ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (réchauds de camping, fours, braseros, barbecues)”.

Depuis le 1er septembre 2012, 980 épisodes d’intoxication au monoxyde de carbone (CO) ont été déclarés, impliquant 3.160 personnes, en grande majorité prises en charge par des services d’urgence. Parmi elles, 33 sont mortes, précise ce point de l’InVS.

Depuis le 1er septembre 2012, 44 incidents ont été répertoriés, résultant d’une utilisation inappropriée de brasero ou de barbecue et concernant 170 personnes dont 42 hospitalisées et 1 décès.

Au cours de cette période, 45 autres signalements relevaient d’une mauvaise utilisation d’un groupe électrogène impliquant 125 personnes dont 20 hospitalisées et 2 décès.

Au cours des deux dernières semaines (18 février au 3 mars 2013) de la période étudiée, le mauvais fonctionnement d’une chaudière a entraîné deux décès à domicile. Pendant ces deux semaines, trois intoxications collectives ont été également relevées dans une salle de réception, un restaurant et une maison de retraite (67 personnes au total exposées au CO dont 15 transportées dans un service d’urgence hospitalier).

Sont en cause dans les intoxications collectives, un dysfonctionnement de panneaux radiants à gaz dans la salle de réception, l’utilisation d’un grand nombre de réchauds à alcool dans le restaurant et le mauvais fonctionnement d’une cuisinière dans la maison de retraite.

Toute personne qui a connaissance d’une intoxication au CO, suspectée ou avérée, sauf si elle est due à un incendie, est conviée à le signaler à l’Agence régionale de santé (ARS) ou au centre antipoison et de toxicovigilance (Captv) afin de faire une enquête médico-environnementale, note l’institut.
Partager cet article

Sur le même sujet