Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un nouveau modèle animal confirme des mécanismes clés de la maladie d'Alzheimer

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 15/04/2013

0 commentaires

Des rats génétiquement modifiés pour produire une dégénerescence des neurones

Des rats génétiquement modifiés ont confirmé certaines caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Une nouvelle étude menée à partir de rats génétiquement modifiés a été publiée par le Journal of Neuroscience. Terrence Town, professeur de Physiologie et de biophysique à la faculté de médecine de l’Université de Californie du sud à Los Angeles, principal auteur a initié une série d’expérimentations qui ont confirmé la présence d’un enchevêtrement neurofibrillaire dans les régions du cerveau les plus touchées par la maladie d’Alzheimer comme l’hippocampe et le cortex cérébral qui ont un rôle essentiel dans l’apprentissage et la mémoire.

D’autres experiences ont montré qu’un tiers des neurones de ces regions ont cessé de fonctionner avec la montée en âge, 
.
Les enchevêtrements neurofibrillaires sont considérés aujourd’hui comme une signature importante de la maladie d’Alzheimer. Ce nouveau modèle animal reproduit le plus fidèlement les changements qui interviennent dans le cerveau des personnes atteintes d’Alzheimer, y compris les dépôts de protéines tau et une destruction étendue des neurones”, relève Roderick Corriveau, un responsable de programme de recherche à l’Institut national américain des maladies neurologiques.

Ce modèle aidera à faire avancer notre compréhension des différents mécanismes intervenants dans la maladie et sa progression, ce qui permettra de tester des thérapies prometteuses”, juge-t-il.

Les résultats de ce nouveau modèle sur des rats remplissent certains des objectifs de recherche identifiés durant le sommet de mai 2012 sur la recherche sur Alzheimer. Il s’agissait d’améliorer les modèles animaux considérés comme une clé pour faire avancer la compréhension de cette maladie complexe et incurable.

La maladie d’Alzheimer provoque la perte progressive et irréversible des facultés mentales. La maladie touche environ 36 millions de personnes dans le monde dont quelques cinq millions d’Américains pour la plupart (90%) de plus de 65 ans.
Partager cet article

Sur le même sujet