Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'importance de la solidarité familiale face à la dépendance

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 29/04/2013

0 commentaires
Les aidants familiaux ont aussi besoin d’être aidés. C’est ce qui ressort du sondage réalisé par OpinionWay pour l’Observatoire de la santé Le Figaro-Weber Shandwick la semaine dernière.

La moitié des Français déclare s’occuper ou s’être déjà occupé d’un proche en perte d’autonomie. Et les plus âgés sont les plus concernés. Parmi les 50 – 64 ans, 56 % ont en effet déjà soutenu un proche dépendant. Et ils sont 71 % parmi les plus de 65 ans.

Le nombre d’aidants familiaux ne cesse de croître mais le plus inquiétant est la fatigue générée pour cet accompagnant. Car les aidants gèrent, pour leur parent, en plus de leur propre travail, les courses, la cuisine, le planning des interventions à domicile et se font surtout beaucoup de soucis. Par ailleurs, cette aide se prolonge dans le temps car les parents âgés vivent aujourd’hui plus longtemps. Il n’est donc pas rare que les aidants aient déjà atteint les 60 ou 70 ans.

Si quelques aides existent (accueil de jour, bistrots mémoire, hébergement temporaire…) pour permettre aux aidants de souffler, il semble nécessaire d’institutionnaliser des réponses. D’ailleurs quand on leur demande de quelles aides ils ont besoin, ils citent aussi bien le conseil auprès d’un réseau, d’une association ou d’une structure publique (49 %) que la formation d’une vingtaine d’heures. Seuls 10 % déclarent pouvoir se passer d’aide.

Par ailleurs, 90 % des personnes interrogées se disent en attente de soutien concret en cas de perte d’autonomie d’un proche, notamment financier (42%).


Partager cet article

Sur le même sujet