Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les représentants des usagers de santé réclament plus de moyens pour la démocratie sanitaire

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 13/05/2013

0 commentaires

Plus de moyens et une meilleure coordination avec les Agences régionales de santé

Les représentants des usagers de santé réclament plus de moyens pour la démocratie sanitaire

Fin avril, la Mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (Mecss)

du Sénat a poursuivi ses auditions démarrées en février pour une évaluation des agences régionales de santé (ARS). Au chapitre de la démocratie sanitaire, les élus du Sénat ont auditionné un certain nombre de représentants des usagers de santé afin de faire le point sur les Conférences régionales de la santé et de l’autonomie (CRSA).

Bernadette Devictor, présidente de la Confédération nationale de santé (CNS) a estimé que la loi Hopital — Patient — Santé — Territoire avait mis en place un cadre juridique favorable à la démocratie sanitaire en organisant la consultation des représentants de patients.

Claire Rambaud, présidente du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), a toutefois regretté que les représentants de patients soient consultés sur des décisions préétablies” réclamant aux ARS une consultation plus en amont des processus de décision. Elle a également souhaité qu’une meilleure collaboration soit engagée entre les services de l’Etat et ceux de l’assurance maladie” dans le but de permettre un réel pilotage de la santé en région.

Mais Jean-Louis Salomez, président de la conférence régionale de santé et de l’autonomie (CRSA) du Nord a regretté le manque de notoriété” des CRSA et leur manque de moyens. Il a indiqué que les dépenses consacrées à la démocratie sanitaire pouvaient varier du simple au décuple (13 000 à 170 000 euros selon les ARS) et qu’aucun budget ne permettait aux CRSA d’organiser des débats publics.

Les représentants d’usagers ont aussi réclamé le droit de s’autosaisir sur des questions environnementales par exemple et M. Salomez a jugé pertinente la suggestion d’allonger les périodes d’élaboration et d’application des projets régionaux de santé. 


Partager cet article

Sur le même sujet