Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La France lance une vaste étude sur la maladie de Charcot

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 17/06/2013

0 commentaires

6 à 8000 patients en France

La France va lancer une étude inédite sur 1.000 personnes souffrant de la maladie de Charcot pour tenter de percer les mystères de cette pathologie neurodégénérative aussi appelée sclérose latérale amyotrophique (SLA) qui touche de 6.000 à 8.000 personnes dans le pays.

L’objectif du projet baptisé Pulse qui commencera à l’automne est de permettre de réels progrès dans la recherche contre la SLA” alors qu’il n’existe aucun traitement, même pour ralentir efficacement” la progression de cette maladie, a annoncé jeudi 13 juin, l’Association pour la recherche sur la sclérose latérale amyotrophique (Arsla).

Cette étude sans précédent dans le monde par son envergure” va permettre de constituer des banques de données, notamment génétiques, pour aider à mieux définir les causes de la maladie, anticiper son évolution et trouver de nouveaux traitements”, a expliqué l’Arsla dans un communiqué.

L’évolution de la SLA est très différente d’un patient à l’autre et imprévisible. C’est pourquoi nous devons catégoriser les patients en fonction des différentes formes de la maladie, sachant que certaines touchent à peine 10% d’entre eux”, a déclaré le Dr David Devos du CHRU de Lille qui coordonne le projet.

Pour la présidente de l’Arsla, Marie-France Cazalère-Fouquin, les malades et leurs proches attendent un traitement avec impatience. L’étude Pulse va ouvrir de nouvelles pistes vers la guérison”.

La sclérose latérale amyotrophique est une maladie neurologique qui détruit progressivement les cellules nerveuses qui contrôlent les muscles moteurs, engendrant leur affaiblissement et leur paralysie graduelle. Le plus souvent, des troubles respiratoires provoquent le décès des malades dans des délais allant de quelques mois à plusieurs années.

D’après l’Arsla, c’est la maladie neurologique chronique la plus courante après la maladie d’Alzheimer. Son évolution est très rapide et son issue toujours fatale.
Partager cet article

Sur le même sujet