Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La protection sociale au cœur des débats de l'Union des associations familiales

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 01/07/2013

0 commentaires

Une assemblée générale qui a réuni à Bordeaux près de 600 participants

L’Union nationale des associations familiales (UNAF) a tenu son Assemblée générale annuelle les samedi 22 et dimanche 23 juin 2013 au Palais des Congrès de Bordeaux, en présence de Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé.

L’objectif gouvernemental de réduire le déficit de la branche famille de la Sécurité sociale de près de 2,2 milliards d’euros et de concentrer les aides sur les familles modestes était bien sur au cœur des débats de l’Assemblée générale de l’Union nationale des associations familiales qui a eu lieu à Bordeaux les 22 et 23 juin.

Tous les participants avaient connaissance du rapport commandé à Bertrand Fragonard, président délégué du Haut conseil de la famille qui propose entre autres mesures de moduler le montant des Allocations familiales en fonction des gains des ménages. À partir d’un certain niveau de revenu, celles-ci diminueraient progressivement jusqu’à être divisées par quatre pour les foyers les plus favorisés. 

Pour un pays comme la France qui investit de 4 à 6 % de sa richesse nationale dans les aides aux familles (2,2 % en moyenne dans les autres pays.) le sujet a de quoi provoquer les passions. 

Le président de l’UNAF, François Fondard, a souhaité que tous les projets soient menés dans un souci d’apaisement. Plus que jamais, ce sont des messages d’unité qu’attendent les familles, des actes qui rassemblent et qui ne confrontent pas des catégories de personnes, les unes aux autres”.

François Fondard a rendu hommage à tous ceux qui se sont mobilisés autour de l’UNAF pour défendre le maintien de l’universalité des allocations familiales. Les mesures d’économie destinées à réduire le déficit de la Branche Famille constituent pour l’UNAF un « sacrifice très important demandé aux familles, alors qu’elles contribuent largement à la solidarité nationale par leurs cotisations, par leur impôt et par le renouvellement des générations qu’elles assurent ».

Il a salué le plan ambitieux de création de 275 000 places d’accueil de petite enfance pour les 5 ans à venir, et le développement annoncé de l’aide à la parentalité. En revanche, il a renouvelé sa demande de retrait de la mesure qui supprime la réduction d’impôt pour frais de scolarité dans le secondaire et dénoncé à nouveau le projet visant à raccourcir la durée du congé parental en cas de non partage entre la mère et le père.

S’agissant de la réforme des retraites, François Fondard a rappelé l’importance des droits familiaux et a demandé à ce que l’UNAF soit étroitement associée aux mesures prévues par le Gouvernement, qui pourraient notamment avoir un impact sur la branche famille. Nous comptons sur vous, Mme la Ministre, pour redonner confiance aux familles” a conclu le président de l’Unaf.

Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a pris la parole pour indiquer la place prépondérante de la famille, pilier et modèle social, facteur de cohésion, lieu de transmission des valeurs et d’histoire, et aussi d’invention et d’imagination, d’innovation et d’autonomie”.

Elle a indiqué que la réforme de la politique familiale était nécessaire pour l’adapter aux exigences d’un monde nouveau, dans un esprit de justice sociale pour supprimer les inégalités qui demeurent sur l’ensemble du territoire. Pour le ministre, il se n’agit pas d’un démantèlement mais d’une évolution qui vise à en renforcer les fondements : préserver la natalité et le taux d’emploi des femmes. 

Marisol Touraine a rappelé le choix du Chef de l’Etat de faire de la jeunesse, la priorité de son quinquennat avec pour objectif une égalité entre toutes les familles, la recherche d’un équilibre financier de la Branche famille, le renforcement de la justice sociale avec un soutien aux familles qui en ont le plus besoin (classes moyennes et modestes, mères isolées, familles nombreuses et modestes..) et le développement de nouveaux services. Sur ce dernier point, la Ministre a rappelé le plan d’investissement pour l’enfance avec notamment l’augmentation du budget des actions liées au soutien à la parentalité et à la médiation.

S’agissant de l’avenir des retraites, la Ministre souhaite une réforme juste qui puisse permettre de sauver les retraites dans la durée et donner confiance aux jeunes générations. L’avenir des retraites, selon elle, rend importante la question de la natalité, qui est en France un atout pas suffisamment souligné”. La Ministre a souligné que certains acteurs européens oublient qu’ils feraient bien, pour leurs retraites, de s’interroger sur le dynamisme de leur natalité”.

La Ministre a confirmé sa volonté d’associer l’UNAF à toutes les négociations et tous les chantiers qui seront menés par le Gouvernement. Justice et responsabilité guideront le choix de la politique sociale durant le quinquennat.
Partager cet article

Sur le même sujet