Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

A lire : Bientôt minuit, de Marie Pavlenko

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/07/2021

0 commentaires

Depuis toujours, Emma et Lucien s’aiment en secret. Alors qu’ils pourraient enfin vivre leur amour au grand jour, Lucien, en proie à des troubles de la mémoire, entre en Ehpad. Loin de la bluette, le roman superbe et tragique de Marie Pavlenko emmène le lecteur à la rencontre « des vieux rendus invisibles, qui sont, et ont envie d’être, jusqu’à la fin. »

Un extérieur un peu vilain, mais sur la brochure « l’intérieur est beau, spacieux, avec des salles communes chaleureuses, des jeux, un grand réfectoire ». Un Ehpad comme tant d’autres, avec son orchidée sur le comptoir d’accueil, son salon de coiffure et ses habitants, avec leurs fragilités.

Simone, qui regarde toujours ses chaussures, même assise, Bérengère qui dialogue en permanence avec son amoureux absent, Constance, tantôt odieuse, tantôt charmante, Rose, aux yeux vissés à la fenêtre… 

Mais derrière cette normalité de façade, il y a Fabienne, l’infirmière en chef qui maltraite les résidents, et tous les autres professionnels qui se taisent. Et Lucien qui tente tant bien que mal de passer entre les coups, et qui chaque jour dépérit un peu plus.

Vu de loin, on n’est qu’un tas de vieux démantibulés. Ils essaient de nous cacher, sous le tapis, les vieux, comme si on était hors du monde. Mais les gens ici sont le reflet du dehors, y a rien qui a changé, c’est le bal des faux-culs, des bravaches, des intrigants, des victimes et des tortionnaires.

Marie Pavlenko, Bientôt minuit, page 148

Emma elle vit chez elle. Mais depuis la mort de son mari, elle y étouffe. « Une question de mouvement peut-être, l’air alourdi par le chagrin ne vibre plus, sauf quand elle se déplace, elle. »

Alors, quand elle reçoit une lettre de Lucien, l’amour de sa vie, son amant de plus de vingt ans, il ne lui reste plus qu’une chose à faire : emménager, elle aussi, à la Pension des alouettes.

Alors Lucien reprend vie, il « est devenu cambrioleur ; il arrache à la vie ses derniers rogatons, petits cailloux brillants qui étincellent dans la pénombre, captant avec avidité chaque rayon de lumière, même infime, pour mieux le réfléchir et le ciseler, ni vu ni connu je t’embrouille ».

Mais Fabienne rôde, et le dénouement ne pourra qu’être dramatique…

Dans ce roman fort et poignant, Marie Pavlenko nous invite à interroger notre regard sur la vieillesse, donne la parole à tous les protagonistes, nous donne à voir qui ils sont vraiment, au-delà de leurs fragilités, de leur enfermement. Une lecture qui prend une saveur encore plus particulière après 18 mois de pandémie, alors que les établissements qui accueillent les personnes âgées en perte d’autonomie sont encore soumis à des mesures de restriction…

Bientôt minuit

Marie Pavlenko

Editions Flammarion

Février 2021

288 pages

19 euros

Partager cet article