Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

A lire : L’aventure de vieillir de Marie de Hennezel

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 14/11/2022

0 commentaires

Après La mort intime, L'adieu interdit, Vivre avec l'invisible, Marie de Hennezel publie L'aventure de vieillir pour inviter tout un chacun à s'emparer de cette partie de la vie, redoutée d'un côté, profonde et féconde de l'autre, si l'on travaille ses peurs et que l'on cultive son estime de soi. En écoutant notamment les premiers concernés, qui vivent l'aventure. Bon voyage !

Faut-il avoir peur de vieillir ?” demandait Stephane Bern dans son émission télévisée L’arène de France en 2006.

Oui” a répondu le public à 72 %.

Marie de Hennezel éclaire par ce sondage (page 41) le paradoxe de vieillir : d’un côté tout se délite” (le corps, les liens et surtout la peur de perdre la tête) et de l’autre s’ouvre un espace de vie, de grâce.

Ainsi la comédienne Tsilla Chelton, 88 ans, mémorable Tatie Danielle, s’est écriée avec force et conviction dans cette émission Mais c’est intéressant de vieillir ! On est enfin libre !”.

Au point qu’après moult éclairages d’experts du bien vieillir” (dans son corps, dans sa tête, dans la cité, debout jusqu’au bout), 63 % du public a fini par répondre non” à la question Faut-il avoir peur de vieillir ?”.

Forte de son expérience auprès des habitants octogénaires, nonagénaires, centenaires des résidences services Domitys et des groupes de parole qu’elle anime avec des retraités de la mutuelle Audiens, Marie de Hennezel partage ici ses pistes pour un vieillir heureux, fécond et intéressant”.

Un vieillir qui affronte les peurs, au risque sinon d’un retour du refoulé” ou d’une fuite dans la maladie face aux réalités insupportables, face à l’âgisme non combattu.

Un vieillir qui vide les valises des 3 R” : les regrets, les rancunes, les remords, pour ne pas simplement finir sa vie mais continuer de devenir.

Un vieillir qui affronte le travail du trépas : la dernière tentative de se mettre au monde avant de disparaître.

Un vieillir qui transmet l’exemple d’une vie, longue, avec ses hauts et ses bas, surmontés. Une mission ? Aimer suggère Sœur Emmanuelle (page 131).

En hébreu, on utilise le même mot pour joie et vieillesse”. 

Le cœur, le charme, le désir ne vieillissent pas, rappelle Marie de Hennezel qui salue l’investissement des premiers concernés dans des collectifs comme Old’Up et le récent Cnav : collectif national auto-proclamé de la vieillesse.

A vous, à nous : l’aventure de vieillir ! (titre du hors série du magazine La Vie d’octobre 2022)

L’aventure de vieillir

Marie de Hennezel
Edition : Robert Laffont I Versilio
160 pages — 17 € TTC

Partager cet article