Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

A lire : L'Homme qui voulait être vieux

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/10/2021

0 commentaires

Découragé par le monde l’entreprise et se sentant inadapté à la société, Théodore ne trouve de réconfort qu’auprès de ses voisins retraités. Il décide donc, à 45 ans, de tout mettre en œuvre pour intégrer une maison de retraite. Drôle et grinçante, L’Homme qui voulait être vieux est aussi une bande dessinée qui amène à réfléchir sur le monde actuel et à combattre l’âgisme ambiant.

Vous savez, j’ai l’habitude de dire qu’aux Mimosas, nous sommes une grande famille, et j’ajouterai même qu’à la différence de bien d’autres familles, hélas, je suis bien placé pour vous le dire, une famille unie, dans la joie comme dans les moments plus difficiles. Bienvenue aux Mimosas !

Après avoir tout plaqué, brulé son appartement et s’être fait passer pour un malade d’Alzheimer, Théodore intègre la maison de retraite des Mimosas et débute sa nouvelle vie. 

Scénarisé par Thomas Gaudin (nommé aux Oscars et aux Césars pour son court métrage J’attendrai le suivant) et Olivier Domerc, dessiné par Chstophe Girard, L’Homme qui voulait être vieux dépeint le parcours de ce quadra parti retrouver le goût à la vie dans un Ehpad.

Une maison de retraite pas comme les autres

Une nouvelle vie ponctuée par le quotidien de l’établissement, les repas, le ciné club, les parties de mikado… et marquée surtout par des rencontres avec des personnalités hautes en couleurs et particulièrement attachantes.

Des résidents qui deviendront vite les nouveaux amis de Théodore, sa famille, mais aussi ses alliés lorsqu’il s’agira de se révolter contre le directeur peu scrupuleux des Mimosas. 

Plein d’humour, ce roman graphique vient tordre le cou aux préjugés ambiants, à l’âgisme, à l’Ehpad bashing. 

L’Homme qui voulait être vieux dépeint, au contraire, les Mimosas comme un lieu de vie, de joie, de citoyenneté. Une micro société dans laquelle Théodore retrouve l’importance du lien social et l’envie de vivre. 

En prenant à contre pied les idées reçues, les trois auteurs réussissent leur pari de montrer une autre facette de l’Ehpad, loin de tout fatalisme.

L’Homme qui voulait être vieux
De Thomas Gaudin, Olivier Domerc et Christophe Girard
Aux éditions Marabulles
144 pages — 20,90 €

Partager cet article
Tags