Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Baluchonnage, relayage : où trouver un service de répit à domicile ?

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 28/03/2022

0 commentaires

Né au Québec à la fin des années 1990, le baluchonnage – ou relayage – a mis du temps à se développer en France. La loi Essoc de 2018 a permis son expérimentation, grâce à des aménagements spécifiques du code du travail. Quels sont les avantages de cette forme de répit ? Comment y faire appel ? Explications.

Solution de répit en domicile, le baluchonnage consiste à relayer l’aidant pour une durée de plusieurs jours.

Il est remplacé auprès de son proche en perte d’autonomie par un professionnel formé, qui va jouer au quotidien le même rôle que lui. Pas question, par exemple, d’interrompre la venue de l’aide à domicile ou de tout autre professionnel qui accompagne le proche aidé habituellement.

Au-delà du répit procuré à l’aidant, le baluchonnage permet un soutien de l’aidant à plus long terme. 

En effet, les principales difficultés de l’aidant sont recueillies avant le baluchonnage. Pendant, le professionnel peut observer la personne aidée, les situations de tensions et élabore des stratégies pour les désamorcer. Il fera ensuite part des solutions qu’il a trouvées à l’aidant.

L’article 53 de la loi du 10 août 2018 pour un Etat au service d’une société de confiance (dite loi Essoc) a permis l’expérimentation du relais à domicile de l’aidant. 40 structures ont été retenues dans ce cadre.

Le baluchonnage en chiffres

Quinze de ces structures sont accompagnées par l’association Baluchon France, qui dresse aujourd’hui un premier bilan de l’expérimentation.

Entre 2020 et 2021, malgré la crise sanitaire, 48 baluchonneurs ont permis 872 jours de répit.

Les baluchonnages durent quatre jours en moyenne, et la grande majorité entre 3 et 6 jours.

Ils se sont déroulés auprès de personnes âgées en moyenne de 75 ans, et atteintes pour moitié de maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées. 60 % des aidants relayés étaient en activité.

Le relayage leur a couté entre 0 et 150 euros par jour, selon les aides qu’ils ont pu mobiliser (droit au répit, aide des caisses de retraite…).

Qui propose le baluchonnage ?

Des services d’aide à domicile, des Ehpad, des associations proposaient déjà des formules de répit à domicile avant 2018.

Comme le service Bulle d’air, né en 2011 dans les Alpes et présent aujourd’hui dans 22 départements. Voir les adresses des services.

Les coordonnées de la vingtaine de structures accompagnées par Baluchon France sont quant à elles recensées sur cette carte.

Et vous trouverez à la fin de cet article des adresses complémentaires, recensées par la rédaction d’agevillage.

Pour connaître l’offre de répit près de chez vous, vous pouvez aussi vous adresser au Clic (centre local d’information et de coordination, parfois appelé maison de l’autonomie, maison des aidants, point info seniors…).

L’expérimentation baluchonnage, qui devait initialement se terminer le 31 décembre 2021, est finalement prolongée jusqu’à fin 2023.

Par ailleurs, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) du ministère des Solidarités et de la Santé travaille actuellement sur les difficultés d’accès au répit. De quoi permettre, à terme, au baluchonnage de se démocratiser un peu plus ?

Chiffres clefs Baluchon France 2020-2021 à jour
Infographie Baluchon France
Partager cet article