Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Charte éthique : un cadre pour "aider sans juger" à mieux accompagner les personnes âgées

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 3 min

Date de publication 06/09/2021

0 commentaires

La crise sanitaire à soulevé de nombreuses questions éthiques, en particulier sur les droits et libertés des personnes âgées. Le 2 septembre dernier l’éthicien et philosophe Fabrice Gzil a remis à la ministre déléguée chargée de l’Autonomie Brigitte Bourguignon une charte, construite avec les personnes âgées, aidants, professionnels du secteur, bénévoles… qui servira de cadre éthique dans l’accompagnement du grand âge.

Missionné par Brigitte Bourguignon, le philosophe Fabrice Gzil a, dans un premier temps, concerté l’ensemble des personnes concernées (les personnes âgées ainsi que ceux qui les accompagnent au quotidien) afin de constituer une charte qui puisse servir de support pour analyser, d’un point de vue éthique, les situations concrètes parfois difficiles à arbitrer sur le terrain.

Les mesures de confinement ont eu de lourdes conséquences physiques et psychiques sur les personnes âgées” souligne la ministre à l’occasion de la remise de la charte, avant de préciser le but de cette démarche. L’objet de ce document n’est pas d’être prescriptif. Imposer l’éthique n’aurait aucun sens. Cette charte vise à proposer des repères pour aider sans juger”.

Une grille de lecture” pour soutenir un accompagnement éthique

Nous l’avons conçue afin qu’elle puisse servir de grille de lecture” complète Fabrice Gzil à propos de cette charte qui prend en considération la révolution de la longévité, le changement de culture et bien évidemment, qui tire les enseignements de la crise sanitaire. Nous avons voulu clarifier les valeurs qui servent de boussole” poursuit l’éthicien.

Elaborée à partir des témoignages de 4 350 contributeurs, cette charte Ethique et accompagnement du grand âge s’établit en dix points d’attention, qui ont pour vocation d’enrichir la pratique quotidienne de l’accompagnement et du soin : 

  1. Reconnaître chaque personne dans son humanité et sa citoyenneté, dans son inaliénable dignité et dans son identité singulière.
  2. Favoriser l’exercice par la personne de l’ensemble de ses potentialités. Se préoccuper de l’effectivité de ses droits.
  3. Être à l’écoute de ce que la personne sait et de ce qu’elle exprime. L’informer de façon honnête, adaptée et respecter ses décisions.
  4. Garantir un accès équitable à des soins et à des aides appropriés. Faire en sorte que la personne puisse bénéficier, au moment opportun, d’une évaluation de sa situation et de ses besoins.
  5. Protéger le droit pour chaque personne d’avoir une vie sociale, une vie familiale, une vie affective et une vie intime.
  6. Accompagner la personne de manière globale et individualisée, même lorsque des aides ou des soins importants sont nécessaires.
  7. Faire en sorte que chacun puisse bénéficier, jusqu’au terme de son existence, de la meilleure vie et de la meilleure qualité de vie possible.
  8. Respecter dans leur diversité les savoirs, les compétences, les rôles et les droits des familles et des proches.
  9. Considérer et soutenir les professionnels et les bénévoles dans leur engagement auprès des personnes et valoriser leurs missions.
  10. Prendre des décisions informées, réfléchies et concertées, en s’efforçant de concilier l’intérêt des individus et celui de la collectivité.

Ancrer les personnes âgées dans la société

Président de l’association Citoyennâge qui porte la parole des personnes âgées, Philippe Wender s’est réjoui de la publication de ce document.

Cette charte prend en compte nos projets. Jusqu’à la mort, nous avons des projets !” s’est félicité le président de l’association avant de préciser les autres points de cette charte qui l’ont marqués. 

Le mot citoyen est mis en valeur. Nous voulons avoir une vie sociale la plus riche possible et participer à la vie de la nation”.

Marqué par les mesures prises dans les maisons de retraite pendant la crise, Philippe Wender rappelle que le premier confinement a été décrété très brutalement, sans l’avis des résidents” et espère que cette charte permettra de prendre en compte l’avis des personnes âgées.

Télécharger la charte Ethique et accompagnement du grand âge

Télécharger l’affiche de la charte

Partager cet article