Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

[Chronique] Un pari fou

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 26/09/2022

0 commentaires

Par le docteur Bernard Pradines

Alors que se tiendra samedi la journée internationale des personnes âgées, en amont de la Semaine bleue qui démarre lundi 3 octobre, l’ancien gériatre Bernard Pradines se glisse dans la peau d’une personne âgée et rêve une ville où les plus vieux auraient toute leur place.

Imaginez une grande ville où les personnes âgées auraient leur place. J’ai essayé d’y parvenir ce dernier week-end.

Non, ne pensez pas à cette voiture qui vrombit à 20 cm derrière vous quand vous ne dégagez pas suffisamment vite du passage pour piétons où le bonhomme vert vous donne pourtant la priorité. Allez, vous avez quand même fini par survivre.

Non, ne vous offusquez pas parce que la trottinette qui vous a frôlé aurait pu vous faire tomber au moindre écart. Mais ceci n’a pas eu lieu grâce à l’habilité du trottinetteur ! Béni soit son âge.

Non, ne criez pas au scandale si le vélo qui passe au feu rouge a failli vous renverser. Merci au cycliste de vous avoir épargné.

Non, ne soyez pas grognon si la loi du plus rapide distribue les places assises dans les transports en commun. Vous aurez peu de chances de vous asseoir, mais ne vous plaignez pas : rester debout et se cramponner est excellent pour vous maintenir en forme car vous êtes trop souvent assise ou assis.

Non, n’allez pas un dimanche matin dans ce jardin public où l’espace appartient seulement à ceux qui courent ; c’est à celui qui sera le plus rouge ou la plus suante. Attention, ils foncent tout droit tant leur regard est perdu dans leur effort intérieur et leur trajectoire déjà déterminée. Ils travaillent durement pour leur santé, pas la vôtre. Évitez-les soigneusement sans leur adresser une parole qu’ils ne comprendraient pas et qui accroitrait leur essoufflement s’ils y répondaient.

Non, ne redoutez pas ce jeune homme qui, sur patins à roulettes, vous a évité une hospitalisation grâce à son agilité. Ne le remerciez pas, il ne comprendrait pas votre sollicitude. Après tout, vous avez peut-être échappé grâce à lui aux frais de funérailles à la charge de votre famille.

Non, ne vous étonnez pas si vous êtes une des seules personnes âgées rencontrées dans la partie touristique de la ville. Peut-être ont-elles quelques raisons de ne pas s’y aventurer. Après tout, vous auriez pu vous informer.

Non, ne soyez pas surpris si des incidents éclatent ici ou là entre ces damnés de la ville déshumanisante. Un lieu où l’on ne se connaît pas, où l’on est trop nombreux pour se saluer, où autrui est une gêne, un importun et non une aide. Oui, il existe toutefois ici des tribus héritées d’un temps antérieur à Lutèce, qui se connaissent et se reconnaissent.

Est-ce un pari fou que de rêver d’un autre Paris ?

Partager cet article