Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Concours Villes amies des aînés : 12 territoires récompensés pour des habitats innovants

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 4 min

Date de publication 13/12/2021

0 commentaires

Gros plan sur les lauréats 2021

Comme chaque année, le Réseau francophone Villes amies des aînés a remis ses prix à une dizaine d’initiatives innovantes le 7 décembre au ministère des Solidarités et de la Santé. Gros plan sur les lauréats de cette édition 2021, consacrée à l’habitat.

Depuis 2015, le concours national organisé par le réseau récompense les projets et les actions menées sur les territoires amis des aînés, avec un prix réservé aux non adhérents.

Le thème de cette année, Des habitats pour des vieillissements, a suscité 60 candidatures. 12 d’entre elles ont été retenues par les membres du jury dont fait partie agevillage.

L’objectif : mettre en lumière, des initiatives qui sensibilisent et informent sur les solutions existantes et innovantes ; favorisent les liens intergénérationnels ; luttent contre l’isolement et la solitude ; proposent une alternative entre le logement classique et l’Ehpad ; accompagnent les plus fragiles dans l’avancée en âge ; améliorent la sécurité et la qualité de vie des personnes âgées à leur domicile…

Il s’agit :

  • Des logements d’accueil temporaire pour les personnes âgées en milieu rural : la commune de Ports-sur-Vienne (37) a acquis et équipé deux logements, qu’elle a complété d’une salle commune à destination des personnes âgées ayant besoin d’un soutien à la vie quotidienne de façon temporaire, après une hospitalisation par exemple. 
  • De la Maison d’accueil pour personnes âgées et marginalisées de Dijon, qui accueille des personnes de plus de soixante ans issues du secteur de la grande exclusion, des personnes mal logées ou sans domicile ayant une bonne autonomie mais ne pouvant pas vivre seules en logement et ne pouvant pas intégrer une maison de retraite classique pour des raisons de fragilité liées à une période d’exclusion.
  • De l’appartement Léna à Sainte-Gemmes-sur-Loire (49), un lieu implanté au cœur d’une résidence autonomie et d’un Ehpad, qui a pour but de permettre aux personnes âgées qui en ont besoin de tester, réadapter et choisir les aides humaines, matérielles et/​ou techniques nécessaires pour rester vivre en sécurité chez elle.
  • De Philémon, un pack domotique intelligent proposé aux locataires du bailleur Soclova à Angers (49). Installé en deux heures, il a pour but de prévenir les chutes et de détecter les situations anormales (si le locataire ne se lève pas de son lit par exemple), mais aussi de rendre le logement le plus confortable possible (gestion de l’éclairage, commandes à distance…) et de faciliter l’accès à la téléconsultation.
  • De la résidence Rives, pour résidence intergénérationnelle de vie éco-citoyenne solidaire à Lille, un lieu de vie où se côtoient familles, personnes âgées, personnes valides et personnes en situation de handicap, avec une gardienne qui a pour mission d’assurer un lien quotidien avec, d’organiser des animations et d’entretenir le lien social.
  • Du projet d’aménagement témoin Hygie à Boulogne-sur-Mer (62). Installé au sein d’une résidence autonomie de la ville, il permet aux visiteurs les aides techniques et les aménagements possibles pour leur logement, mais aussi de bénéficier des conseils d’un ergothérapeute ou d’une psychomotricienne.
  • De la Cité des aînés de Saint-Etienne (42), qui concentre sur un même site une diversité d’habitats ouverts sur la ville, mais pas seulement. Le lieu entend répondre à tous les besoins des personnes âgées en termes de santé, bien-être, lien social, hôtellerie et restauration, et a été conçu avec des architectes, des gériatres, des psychiatres, des spécialistes en neurosciences, des ingénieurs… mais aussi des personnes âgées et leurs aidants.
  • Des logements intergénérationnels dans les résidences autonomie de la Ville de Besançon, où certains logements sont loués à des jeunes, des étudiants. En contrepartie de 10 heures mensuelles où ils participent à la vie de la résidence, ils bénéficient de conditions locatives et de coûts préférentiels (exonérations des charges locatives).
  • De la résidence Arboréa. Située au cœur du village de Claix (38), cette résidence composée de logements sociaux et en accession à la propriété est ouverte à tous, mais avec des appartements adaptés aux personnes à mobilité réduite, dans une optique de mixité sociale, d’intergénération et d’accessibilité.
  • De la bricothèque Soliha, à Romans-sur-Isère (26), un lieu où les plus de 60 ans peuvent venir apprendre à bricoler pour améliorer leur logement (décoration des murs, accrochages, électricité, plomberie), mais aussi rester actif et rencontrer d’autres personnes. La bricothèque propose aussi bien des ateliers travaux en individuel que des ateliers prévention et des ateliers travaux collectifs.
  • Du Villagénération d’Audincourt (25), un micro quartier de maisons adaptées aux seniors, qui peuvent bénéficier, s’ils le souhaitent, d’animations ou de services, avec la présence d’une hôtesse pour sécuriser et faciliter la vie quotidienne ; et une salle commune ouverte à tous les habitants de la commune.
  • Du dispositif de soutien à l’habitat participatif mis en place par la communauté de communes du Pays de Mormal (59). A l’écoute de ses habitants âgés, la communauté de commune a fait le choix de soutenir les porteurs de projet d’habitat alternatif : aide au montage des dossiers, assistance à maîtrise d’usage… Depuis 2017, 12 communes du territoire ont ainsi pu bénéficier d’une étude d’opportunité à la création d’un habitat de ce type. 

Des initiatives sur lesquelles agevillage reviendra plus en détails tout au long de 2022.

Les territoires, les villes, les villages mobilisés vont pouvoir bénéficier d’un fonds d’appui Territoires Innovants Seniors. Doté de 8 millions d’euros, il vise à soutenir la participation des citoyens âgés à la démarche (ingénierie) et financer les projets locaux qui vont émerger. Le gouvernement a confié la gestion du fonds au Réseau Francophone Villes Amies des Aînés (RFVAA).

Partager cet article