Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Covid, retraites, soutien à domicile, aides à l’autonomie : ce qui change en 2022

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 7 min

Date de publication 03/01/2022

0 commentaires

Comme chaque année, le mois de janvier apporte son lot de changements en matière d’aides, de pensions ou encore de tarifs. Avec en 2022 de nouvelles règles en matière de lutte contre le covid-19, alors que la France subit les assauts d’une cinquième vague.

De nouvelles mesures pour lutter contre le covid-19

Face aux contaminations qui explosent, différentes mesures ont été mises en place en décembre. En matière de vaccination, le délai entre la dernière injection et la dose de rappel passe ce lundi à 3 mois.

Tous les enfants de 5 à 11 ans peuvent désormais être vaccinés, qu’ils soient à risques ou non. La vaccination des enfants n’est toutefois pas obligatoire.

Enfin, sous réserve d’adoption du projet de loi du 27 décembre, un pass vaccinal devrait venir remplacer le pass sanitaire le 15 janvier. 

Ce pass vaccinal serait alors nécessaire pour accéder « aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels ou encore aux transports interrégionaux ».

En revanche, il ne serait pas exigé pour entrer dans un établissement de santé ou un Ehpad, a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran le 29 décembre.

Et de nouvelles règles d’isolement

La doctrine du ministère de la Santé change ce 3 janvier, avec notamment la réduction de la durée d’isolement.

Les personnes totalement vaccinées devront désormais :

  • S’isoler 7 jours si elles sont positives au covid-19 (avec la possibilité de sortir d’isolement au bout de 5 jours avec un test négatif à J+5 et en l’absence de symptômes depuis 48 heures). La date de début d’isolement correspond à l’apparition des symptômes ou au résultat positif du test ; 
  • Réaliser un test antigénique ou RT-PCR si elles sont cas contact puis un autotest à J+2 et J +4. Si l’un de ces tests est positif, elles entrent alors en phase d’isolement selon les règles ci-dessus.

Les personnes n’ayant pas un schéma vaccinal complet devront quant à elles : 

  • S’isoler 10 jours si elles sont positives, avec la possibilité de sortir d’isolement après 7 jours avec un test négatif et en l’absence de symptômes depuis 48 heures ;
  • S’isoler 7 jours à partir du dernier contact avec une personne positive, et réaliser un test antigénique ou RT-PCR pour sortir d’isolement.

Le congé de proche aidant désormais indemnisé au niveau du Smic

Ouverts salariés du secteur privé, aux fonctionnaires, aux travailleurs indépendants et aux demandeurs d’emplois inscrits, le congé de proche aidant est indemnisé depuis octobre 2020 par l’allocation journalière de proche aidant (AJPA).

Son montant a été revalorisé le 1er janvier pour s’aligner sur celui du Smic, soit 58 euros nets par jour. 

Revalorisation des pensions de retraite…

Compte tenu de l’évolution des prix à la consommation, les pensions de retraite de base sont revalorisées de 1,1 % pour 2022. Une hausse qui interviendra dès le versement de la pension de février, et qui concerne tous les retraités (sauf retraite de base des avocats) : retraités du secteur privé, public, indépendants et régimes spéciaux.

En 2021, les pensions n’avaient augmenté que de 0,4 %.

De l’Aspa…

L’Allocation de solidarité pour les personnes âgées (Aspa) augmente elle aussi de 1,1 % à compter de ce mois. En 2022, elle devrait donc se monter à 915,88 euros.

Pour rappel, l’Aspa (qui remplace le minimum vieillesse depuis 2006) est accordée à ceux et celles qui ont peu ou pas cotisé à une assurance retraite.

Et du smic

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) a quant à lui été augmenté de 0,9 %. Une revalorisation modeste, qui fait suite à deux hausses intervenues l’an passé.

Le Smic avait gagné 0,99 % le 1er janvier 2021 puis 2,2 % en octobre.

Depuis le 1er janvier, le Smic horaire se monte donc à 10,57 euros bruts (environ 8,37 euros nets), soit 1269 euros nets (1603 euros bruts) par mois pour 35 heures travaillées par semaine, sauf à Mayotte, où son montant est fixé à 7,98 euros bruts de l’heure.

Indemnité inflation pour les petites retraites en février

Suite à des hausses importantes des prix de l’énergie et des carburants en 2021, les retraits dont la pension est inférieure à 2000 euros nets par mois recevront l’indemnité inflation. 

D’un montant de 100 euros, elle sera versée par les caisses de retraite en février.

Tarifs du gaz bloqués jusqu’en juillet

Autre bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat, les tarifs réglementés 

du gaz n’augmentent pas au 1er janvier.

Mieux encore : ils sont bloqués jusqu’au 30 juin 2022.

Grâce à cette mesure, les personnes ayant souscrit un contrat au tarif réglementé chez Engie, un contrat prix fixe ou un contrat dont les prix sont indexés sur les tarifs réglementés ne verront pas les prix augmenter avant juillet au plus tôt.

Un nouveau service public pour rénover son logement

Pour éviter de subir trop fortement les variations des prix de l’énergie, pourquoi ne pas entreprendre des travaux de rénovation énergétique ?

Le ministère de la Transition écologique vient de lancer un nouveau service public, France Rénov’, afin d’accompagner les Français qui souhaitent réaliser ce type de travaux et leur fournir des conseils gratuits et personnalisés.

De son côté, l’aide financière Habiter mieux sérénité devient MaPrimeRénov’ Sérénité. Destinée aux logements de plus de 15 ans, elle peut aider à rembourser jusqu’à 50 % du prix des travaux entrepris (plafond : 30 000 euros), pour un gain énergétique minimum de 35 %.

En savoir plus

Pour joindre un conseiller France Renov : 0 808 800 700

Le crédit d’impôt immédiat se généralise

Expérimenté depuis fin 2019, l’avance immédiate de crédit d’impôt « services à la personne » va peu à peu se généraliser. Pour en bénéficier, il faudra activer le service Cesu + sur son compte Cesu, avec l’accord du salarié.

Une nouvelle convention collective pour les salariés du particulier employeur

Une nouvelle convention collective commune remplace depuis le 1er janvier les deux conventions anciennement applicables (convention collective des salariés du particulier employeur et collective des assistants maternels).

Elle ouvre de nouveaux droits aux salariés – prévoyance, prime de départ à la retraite, activités sociales et culturelles… — et pour les employeurs, la possibilité de donner mandat à un organisme tiers pour garantir l’effectivité de ces droits.

Aucune démarche particulière n’est nécessaire de la part des employeurs, qui peuvent cependant proposer un avenant au contrat de leur salarié.

En savoir plus

Un espace numérique individuel pour gérer ses données de santé

Entre janvier et mars, les Français affiliés à l’Assurance maladie recevront un courrier ou un e‑mail afin d’activer leur Espace santé. 

Cet espace numérique, en test dans trois départements depuis juillet dernier, a pour but de regrouper les données de santé, de fournir une messagerie sécurisée entre les patients et les professionnels de santé, ainsi qu’un agenda dédié aux rendez-vous médicaux.

Les personnes qui ne souhaitent pas disposer de cet Espace santé disposent d’un mois à réception du courrier pour s’y opposer. Sans réponse de leur part, il sera créé automatiquement.

En savoir plus

Les orthoptistes habilités à prescrire des lunettes et des lentilles

La Loi de financement de sécurité sociale pour 2022 stipule dans son article 68 qu’un orthoptiste peut dorénavant « sans prescription médicale et sans être placé sous la responsabilité d’un médecin : réaliser un bilan visuel et prescrire des verres correcteurs et des lentilles de contact oculaire, selon des modalités, des conditions de réalisation et des critères d’âge des patients fixés par un décret en Conseil d’État pris après avis de l’Académie nationale de médecine et du Conseil national professionnel d’ophtalmologie ».

Une bonne nouvelle pour les patients, dans la mesure où en 2019, 14 % des cabinets d’ophtalmologie ne prenaient plus de nouveaux patients…

Et les aides techniques bientôt mieux remboursées ?

Toujours dans le même texte, l’article 53 ouvre la possibilité de  limiter ou même supprimer la participation de l’assuré « lorsque l’état du bénéficiaire justifie la fourniture d’un appareil ou d’une aide technique à usage individuel favorisant l’autonomie de la personne et appartenant à une catégorie déterminée par ledit décret, pour les frais d’acquisition ou de mise à disposition de l’appareil ou de l’aide technique ».

En clair, l’Assurance maladie remboursera mieux la location ou l’achat de certaines aides techniques visant à soutenir l’autonomie des utilisateurs.

Partager cet article