Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Cybersécurité : savoir reconnaître un faux site internet

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 26/07/2021

1 commentaires

Une escroquerie sur deux a lieu en ligne, rapporte l’Observatoire national de la délinquance. Et ce, hors arnaques bancaires, qui peuvent être également commise via internet. Parmi les modes opératoires, les opérations de phishing, mais aussi les faux sites internet. Conseils pour apprendre à les reconnaître.

Victor Baissait est un spécialiste du web. Il livre sur Twitter ses recommandations pour vérifier la légitimité d’un site internet qui semble frauduleux.

  1. Si vous êtes arrivés sur ce site depuis un mail, vérifier qu’il ne s’agit pas d’hameçonnage (phishing), d’un courrier frauduleux en vérifiant l’adresse de l’expéditeur.
  2. Vérifiez que l’entreprise ou l’organisme à qui le site est censé appartenir existe, en utilisant un moteur de recherche (Google).
  3. Chercher les mentions légales du site : s’il n’y en a pas, c’est mauvais signe, elles sont obligatoires en France.
  4. Si vous trouvez des mentions légales, lisez-les : que contiennent-elles ? Où est domicilié l’entreprise ou la personne derrière le site ?
  5. S’il y a des photos de personnes sur le site présentées comme des clients, les fondateurs de l’entreprise ou des salariés, vous pouvez vérifier si ces photos sont réelles ou si elles proviennent d’un catalogue d’images en utilisant images​.google​.fr.

Au moindre doute, il ne faut évidemment cliquer sur aucun lien et surtout ne renseigner aucune information personnelle, adresse email ou autre code d’accès.

Risques et recours

Les escroqueries en ligne peuvent être de plusieurs natures : achat d’un produit qui ne sera jamais expédié dans un cas sur deux, produit ou service non conforme, surfacturé… mais aussi chantages et pièges divers.

Si le préjudice est dans la plupart des cas inférieur à 100 euros, « un peu plus d’une victime sur 10 aura versé 500 euros ou plus à l’auteur au cours de l’arnaque », alerte l’Observatoire de la délinquance.

Et aura peu de chance de se voir remboursé : seules 16 % des victimes obtiennent une indemnisation.

Si vous êtes victimes et vous en rendez compte suffisamment tôt, n’hésitez pas à faire opposition sur votre compte bancaire.

Partager cet article

Pontais Guy

En mars dernier, nous nous sommes fait extorquer 9000€ par virement de notre compte de la poste( CCP) en faveur d'un certain Lavigne que nous ne connaissons absolument pas . Nos multiples démarches auprès de la police, de la poste( service client, recours , saisine du médiateur) n'ont aboutit à rien! La poste refuse de nous rembourser sous prétexte que nous aurions donné notre identifiant et N° de passe à cette personne. ce qui est faux!
Nous sommes contrains de saisir le procureur pour essayer d'obtenir gain de cause. Nous avons aussi saisi Julien Courbet et son émission" cela n'arrive pas qu'aux autres!" Nous sommes des personnes âgées de 81 et 76 ans non imposables! Vous devinez notre désarroi et impatience à retrouver une partie de nos économies ! Nous irons jusqu'au bout s'il le faut! Guy Pontais