Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

[Echo-système] Aidants, professionnels : communiquer pour mieux aider

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 07/02/2022

1 commentaires

Agevillage donne la parole aux aidants et à ceux qui les accompagnent, en partenariat avec l’Association Française des Aidants

Françoise Bouillon, auxiliaire de vie sociale, préside l’association La Cigale et la Fourmi Relais Aidants Aidés, à Malaunay en Normandie, un lieu d’échanges et d’informations pour les aides à domiciles et les aidants, mais aussi un lieu d’hébergement solidaire pour les aidants qui vivent loin de leur proche. Au quotidien, lors de Formations des Aidants ou Cafés des Aidants, comme à travers cette tribune, elle souhaite favoriser les échanges entre aidants et professionnels.

« Sans toujours le savoir, les aidants et les intervenants à domicile ont beaucoup de points communs mais aussi des rôles complémentaires.

Des rôles souvent méconnus : certains aidants ne savent pas toujours ce qu’ils peuvent demander aux aides à domicile et ne connaissent parfois pas suffisamment les missions et les limites de ces professionnels. Il arrive également que leurs attentes ne soient pas clairement exprimées ou difficilement repérables.

Ouvrir le dialogue, communiquer, permet aux professionnels d’intervenir de façon plus efficace et plus confortable, au bénéfice de tous : aidant, personne accompagnée et aide à domicile.

La seule communication écrite n’est pas suffisante : les messages peuvent manquer de nuance, être interprétés, ne pas être compris sans pouvoir solliciter d’explications sur le moment.

Il paraît donc essentiel de prendre le temps de la communication, dès le début ou tout au long de l’accompagnement. Mais ce temps est parfois difficile à trouver. Cela se complique encore plus quand plusieurs professionnels interviennent chez la personne accompagnée. Ce temps n’est souvent pas planifié car non reconnu et non rémunéré. 

Loin d’être une perte de temps, ce moment d’échange aide à découvrir les envies, les habitudes et les besoins de la personne accompagnée. Intervenir chez quelqu’un, c’est entrer dans son intimité, découvrir ses valeurs. C’est également s’apercevoir que les besoins de la personne ne correspondent pas toujours aux priorités observées. Cette « intrusion » peut être vécue difficilement aussi bien par l’aidant que par la personne accompagnée.

Ouvrir le dialogue, c’est permettre aux aidants d’exprimer ce qu’ils vivent au quotidien, ce qui est compliqué pour eux et pouvoir éventuellement, passer le relais aux professionnels ou être orientés vers des acteurs existants. Le rôle de la communication dans la relation d’aide est primordial pour rendre l’accompagnement plus agréable, mais aussi pour mieux faire face, ensemble, à des situations qui peuvent être complexes. »

Partager cet article

Catherine de Smet

En Belgique, il existe les SISD qui organisent des accompagnements AVEC ET AUTOUR DU PATIENT auquels sont invités l'intéressé d'office qui est au coeur de toute démarche, sa famille et divers professionnels de la santé au sens large.
Il est prévu qu'ils se rencontrent tous plusieurs fois si il s'agit d'une maladie chronique. Tout est discuté, décidé avec l'accord de l'intéressé présent, les tâches et responsabilités partagées, le tout planifié et évalué ....

Tout me monde est gagnant.