Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

[Echo-système] La « pair’aidance », atout majeur dans l’accompagnement des proches aidants

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 07/03/2022

0 commentaires

Agevillage donne la parole aux aidants et à ceux qui les accompagnent, en partenariat avec l’Association Française des Aidants

Depuis 35 ans, l’association départementale CASSIOPEA en Dordogne œuvre pour le soutien à domicile des seniors et de leurs proches à travers 3 services (Cassiopea téléassistance, ALMA 24 et Cassiopea prévention seniors). Partenaire de l’Association française des Aidants depuis 2014, CASSIOPEA s’investit au plus près des aidants pour les accompagner lors de cafés des aidants et formations des aidants. Viridiana Roumeau, responsable du service prévention a souhaité témoigner de la richesse du soutien que se porte les aidants entre eux, sans en avoir conscience.

Accompagner un proche au quotidien peut être source de questionnements, de doutes, d’appréhension. Demander de l’aide n’est pas chose aisée, surtout lorsque l’on n’a pas conscience d’être un aidant et que la situation est subie, sans avoir pu mobiliser les ressources nécessaires. On peut se sentir isolé dans cet accompagnement et se sentir jugé ou avoir peur de l’être.

« Est-ce que l’on va comprendre ma situation ? » « Si je demande de l’aide, cela veut-il dire que je ne sais pas m’occuper de mon proche ? » « On ne peut rien pour moi de toute façon. »

Trouver une personne qui nous comprenne véritablement semble être alors une gageure.

Les professionnels sont là pour conseiller, orienter, écouter, mais qui mieux qu’un aidant pour comprendre un autre aidant dans ce qu’il vit, dans ce qu’il ressent, dans ses colères et ses doutes, mais aussi dans ses victoires au quotidien, dans ses joies et ses peines ?

Nous sommes les témoins réguliers de l’importance du soutien que peut apporter un aidant à un autre aidant. Au cours des cafés ou des formations des aidants, échanger avec des personnes qui vivent des difficultés similaires réconforte, apaise, déculpabilise. Les mots font sens, car ils sont vécus, ressentis, expérimentés…

Nous sommes les témoins réguliers de cette richesse partagée, de cette entraide non formalisée, de cette spontanéité de prendre sous son aile des aidants jugés plus en difficultés que soi et de leur apporter réconfort, conseils et écoute.

Partager son expérience devient alors libérateur pour les uns et soutien pour les autres. Cette relation à l’autre devient alors de l’« aidance entre pairs »… sans formalisme, sans dénomination propre. Sans s’en rendre compte, des aidants peuvent débloquer des situations et apporter une écoute et une entre’aide impactante.

Ce qu’aujourd’hui nous tendons à appeler « pair’aidance », terme emprunté à la santé mentale, est un atout majeur dans l’accompagnement des proches aidants. Elle tendrait alors à se structurer afin de valoriser les aidants « pair’aidants » et de leur montrer l’impact du partage de leur expérience.

Partager cet article