Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

La rentrée littéraire met le grand âge à l'honneur

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 06/09/2021

0 commentaires

Vieillesse, maladies neurodégénératives, deuil, perte d’autonomie… Preuve, peut-être, d’une évolution de la société, en cette rentrée littéraire de nombreux romans et essais s’approprient des thématiques liées au grand âge. Plus qu’un simple prétexte scénaristique, l’avancée en âge devient régulièrement l’objet d’un combat pour reconsidérer la vieillesse.

Cet été, après le cinéma, c’est au tour de la littérature de s’emparer du sujet de la vieillesse. Voici un panel, non exhaustif, des sorties d’août et de septembre.

Cette rentrée littéraire s’accompagne de la parution de nombreux ouvrages traitant d’une vieillesse heureuse, ou pas, offrant des pistes de réflexion pour améliorer l’accompagnement de l’avancée en âge ou pour faire évoluer notre regard sur les personnes âgées.

Ainsi Lionel Shriver dans Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes, à travers le portrait d’un couple de sexagénaire en crise, dépeint une société obnubilée par la santé et le culte du corps.

Avec Ma jeunesse éternelle, David Tavityan raconte le parcours d’un septuagénaire, ancienne gloire du cinéma, qui se retrouve, contre son gré, en maison de retraite. 

Les papys font de la résistance de Juliette Sachs retrace les péripéties de quatre septuagénaires, menacés d’expulsion et d’être placés en maison de retraite suite à la construction à côté de chez eux d’un supermarché.

À l’approche de son centenaire, Michel Peyramaure livre, avec Inventaire avant fermeture, une autobiographie dans laquelle il pose son regard sur la vieillesse. 

Un regard vers le ciel de Philippe Pichon est le récit d’un combat désespéré contre une grave maladie neurodégénérative.

Construit autour de témoignages, d’analyses historiques et sociologiques, Qui a peur des vieilles ? de Marie Charrel s’attaque au tabou de la vieillesse chez les femmes.

Sexagénaire de Jean-Moïse Braitberg dresse quant à lui le portrait d’un ancien journaliste et accro aux sites de rencontre, parti vivre sa retraite en Dordogne.

Une rentrée littéraire accessible aux malvoyants

L’association Valentin Haüy, qui a pour vocation d’aider les aveugles et les malvoyants à sortir de leur isolement, propose gratuitement, la plupart des livres de la rentrée littéraire en format DAISY (Digital Accessible Information SYstem).

Des livres audio pensés pour faciliter la lecture par des personnes déficientes visuelles qui sont prêté par l’association à toute personne justifiant d’un handicap visuel (carte d’invalidité à 80 % et plus ou certificat médical établi par un ophtalmologiste).

Outre la rentrée littéraire, la bibliothèque de l’association compte plus de 20 000 livres sous forme de CD ou disponibles en téléchargement.

Accéder à la bibliothèque Eole de l’association Valentin Haüy

Partager cet article