Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

La vieillesse, un émerveillement & Etre vieux : relégation ou solidarité ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 25/01/2021

0 commentaires

Guy Gilbert n’est pas un prêtre comme les autres et le prouve encore avec un ouvrage au langage fleuri qui ne se détourne d’aucun sujet. La vieillesse, un émerveillement ressort aujourd’hui dans une édition en grands caractères. L’occasion de découvrir ou redécouvrir les conseils pour vivre vieux et heureux, de celui que l’on surnomme le prêtre des loubards.

Vieillir est un naufrage », affirmait de Gaulle. Cette phrase historique de notre grand Charles me semble cruelle et injuste. Vieillir, pour moi, est un enchantement.

Et la recette de cet enchantement, Guy Gilbert la révèle tout au long de cet ouvrage dans lequel il s’adresse directement aux principaux intéressés : Il faut accepter de vieillir, alors la vie devient superbe. Accepter de vieillir c’est se mettre une bonne fois pour toute devant sa glace et se dire : « tes rides, tes poches, ton dentier, ton ventre, ton double menton, je m’en fous ! Avec mes vieux os, je vais enfin vivre pleinement ».”

Le meilleur moment de la vie c’est aujourd’hui”

Des conseils avisés pour rester jeune dans sa tête comme dans ses vêtements mais attention aux excès ! Rester jeune ne signifie pas non plus parler jeune”. Sache-le, les ados ont horreur qu’on les copie. Alors n’entre pas dans leur cercle avec un jean baissé jusqu’aux fesses et des mots liftés. Tu en serais vite exclu” avertit le prêtre.
Dans La vieillesse, un émerveillement, Guy Gilbert multiplie les conseils pour mieux aborder le grand âge, pour éviter l’isolement, rester ancré dans la société.
Sors prends l’air du temps
Arrête de te regarder le nombril, ouvre-toi aux autres
Vis avec le monde d’aujourd’hui, arrête de dire que le passé était extraordinaire
Sois disponible pour écouter les plus jeunes”…

Des conseils pour les plus sceptiques, les plus isolés, ceux qui vivent mal d’être à la retraite ou encore pour ceux qui ne profitent pas assez de leurs petits enfants. Laissez-les secouer vos vieux os ! Vous prendrez à leur contact un sacré bain de jouvence.
Un livre empli d’ondes positives, ponctué de réflexions spirituelles et de conseils pratiques pour faire face à la maladie, à la mort, au deuil.
Guy Gilbert va de l’avant et invite ses pairs à faire de même. La mort, on y pense avec horreur et avec appréhension, ou on la regarde en face et on s’y prépare”.
Publié il y a dix ans aux éditions Philippe Rey, La vieillesse, un émerveillement ressort aujourd’hui en grands caractères pour une lecture plus agréable, plus adaptée aux personnes malvoyantes.

La vieillesse, un émerveillement Guy Gilbert
Editions La Loupe (en droits dérivés)
154 pages — 16 €

La vieillesse, une 5eme chance

Autre sortie littéraire de ce début d’année, le livre Être vieux : relégation ou solidarité ? de Chloé Morin et Daniel Perron se penche lui aussi sur la place des personnes âgées dans notre société.

Chloé Morin est spécialiste de l’opinion publique, experte associée à la Fondation Jean Jaurès. Avec Daniel Perron, juriste, ils pilonnent dans ce petit ouvrage le tropisme budgétaro-comptable” sur les enjeux sociaux comme le vieillissement, tropisme qui a montré ses limites lors de cette crise sanitaire.
Ce n’est pas le comptable qui panse les personnes fragilisées, qui prépare leur repas, qui anime leur quotidien” (page 83).

Les auteurs invitent à envisager une notation multiple” des institutions. Elle viendrait évaluer le service rendu, la qualité du lien, la qualité de vie au travail autant que la performance des indicateurs économiques.
Plutôt que de voir le financement de l’aide à l’autonomie comme un 5ᵉ risque, les auteurs invitent à voir le vieillissement comme une 5eme chance”, celle de repenser les solidarités.

Un réveil des consciences salué par Jérôme Guedj dans sa préface. L’auteur du Plaidoyer pour les vieux milite pour la reconnaissance du back office” de la société : la reconnaissance sonnante et trébuchante de tous ces métiers du lien. Vers une vraie politique qui accompagne et structure cette révolution de la longévité avec une planification méthodique” et un cap clair vers la prévention. 

Être vieux : relégation ou solidarité ?
Chloé Morin et Daniel Perron
Edition de l’aube, Fondation Jean Jaurès
96 pages — 8,90 €

Annie de Vivie & Guillaume Vonthron
Partager cet article