Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Non-recours aux aides financières : un problème persistant pour les plus âgés

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 23/05/2022

0 commentaires

Constats et pistes de solutions

Il existe de nombreuses aides financières en direction des personnes âgées, distribuées par le Conseil départemental et les caisses de retraites notamment. Parmi elles, l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (Aspa), destinée aux personnes dont les revenus sont faibles, ou l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa), qui a pour but de compenser la perte d’autonomie. Deux aides essentielles, qui ne sont pourtant pas demandées par une forte proportion de bénéficiaires potentiels.

Nous évoquions le sujet en 2016 déjà : 20 à 28 % des personnes qui pourraient bénéficier de l’Apa ne la demandent pas.

Une nouvelle étude de la direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques (Drees) du ministère de la Santé montre que la situation est encore pire en ce qui concerne l’Aspa (ex minimum vieillesse), puisqu’une personne éligible sur deux ne la demande pas. Soit plus de 300 000 personnes âgées qui vivent avec des revenus plus faibles que ce qu’elles devraient : si elles demandaient l’aide, elles toucheraient 205 euros par mois de plus en moyenne.

Un taux de non-recours plus élevé chez les femmes et les personnes les plus âgées, précise l’étude qui ne formule en revanche aucune hypothèse sur les causes de ce non-recours.

Une autre étude de mai 2022, publiée cette fois par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) permet cependant d’entrevoir une première piste d’explication. Selon ces résultats, les seniors font partie des Français qui peinent le plus à réaliser des démarches administratives, en ligne ou non.

La dématérialisation est un frein, mais pas le seul

La dématérialisation pénalise particulièrement les plus âgés, comme le rappelait un rapport de la Défenseure des droits de février dernier. Mais ce n’est pas le seul frein.

D’après l’étude de l’Insee, parmi les personnes ayant rencontré des difficultés lors de démarches administratives (en ligne ou non) durant les 12 mois précédents :

40,3 % ont invoqué des délais d’attente trop longs, en particulier pour des demandes de logement social ou de place en crèche ;

35,6 % un interlocuteur incompétent ;

29,9 % une procédure trop compliquée (déclaration de revenus) ;

24,8 % un trop grand nombre de pièces justificatives à fournir (demande de reconnaissance de handicap) ;

11,6 % un problème d’accès à internet ou une incapacité à s’en servir ;

11,5 % l’absence de services administratifs près de leur domicile.

Concernant le non-recours à l’Apa, la Drees avait également identifié la méconnaissance de l’existence de l’aide, et le refus d’avoir recours à une aide à domicile, prévue dans la quasi-totalité des plans d’aide.

Des pistes pour se faire aider dans ses démarches administratives

Les personnes face aux difficultés administratives peuvent se faire accompagner dans leurs démarches en se rendant dans un espace France services, où plusieurs services publics sont rassemblés.

Un dispositif progressivement prolongé par des bus France service, dans une démarche d’aller vers.

Trouver un espace France services

A noter : pour accompagner les usagers dans leurs démarches en ligne, les professionnels peuvent être habilités Aidants connect. 

C’est le cas, par exemple, de Virginie Faveron, référente CCAS à la mairie de Séméac dans les Hautes-Pyrénées (65).

Une façon de sécuriser un peu plus les données et la confidentialité des informations partagées.

Enfin, les services d’aide à domicile peuvent proposer une aide aux démarches administratives, mais il s’agit d’une prestation payante.

Partager cet article