Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Pop culture : le vieillissement à nouveau sur le devant de la scène

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 16/08/2021

0 commentaires

Préjugés et âgisme ont encore de beaux jours devant eux

Barbie peut-elle vieillir ? C’est une image montrant la célèbre poupée affichant des rides marquées qui a lancé le débat sur les réseaux sociaux, avec des commentaires très mitigés. A en croire certains, vieillir ne peut être qu’une malédiction… un parti pris aussi adopté par le réalisateur américain M. Night Shyamalan dans son dernier long métrage, Old.

Aujourd’hui, Barbie a 85 ans, affirmait fin juillet Irena Buzarewicz sur Twitter. Si cette assertion est fausse – la première poupée Barbie a en réalité été commercialisée en 1959 -, les réactions et commentaires des autres utilisateurs du réseaux sont eux peu amènes.

Beaucoup rient de l’image, d’autres s’affirment choqués de cette vision, d’autres encore la comparent à des personnages publics régulièrement critiqués pour leur âge. Une bien triste vision du vieillissement, et de celui de la femme en particulier, d’autant que la célèbre poupée mannequin, rides ou pas, affiche toujours son plus beau sourire.

Car la pop culture peut donner lieu à de cruelles représentations de l’âge.

Comme le dernier opus de M. Night Shyamalan, un thriller angoissant baptisé Old – et Anormal (!) en québécois – sorti en France fin juillet.

Les clients d’un grand hôtel partent passer la journée sur une mystérieuse plage secrète. Et là, l’horreur : ils vieillissent. Vite, trop vite. 

Les plus âgés y passent tout de suite, les autres adultes vieillissants deviennent incapables de s’échapper, empêtrés dans leur déchéance physique et mentales… forcément, le salut viendra des enfants – peu importe qu’ils n’aient que 6 et 11 ans la veille.

A aucun moment, l’âge, l’expérience n’ont une utilité : seules les capacités physiques comptent.

Pourtant, dans une interview à l’hebdomadaire culturel britannique NME, M. Night Shyamalan affirme avoir une relation « plutôt saine » avec le vieillissement. « Ce qui peut paraître étonnant puisque j’ai fait ce film », poursuit-il, avant de confier qu’il a très peur de voir ses parents et ses enfants vieillir.

Préjugés sur le vieillissement et âgisme ont encore de beaux jours devant eux.

Partager cet article