Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Prévention : trois conseils pour éviter les chutes

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 16/01/2023

1 commentaires

Une personne sur trois de plus de 65 ans chute au moins une fois par an, avec des conséquences parfois néfastes pour la santé, mais aussi l’autonomie. En février dernier, la ministre déléguée à l’autonomie Brigitte Bourguignon lançait un grand « plan antichute ». Rappel des bons gestes à adopter.

« En France, les chutes des personnes âgées entraînent chaque année plus de 100 000 hospitalisations et plus de 10 000 décès. Ces chutes ont des conséquences physiques, psychologiques, sociales et marquent une rupture dans la vie des individus et une perte d’autonomie », soulignait alors le cabinet de Brigitte Bourguignon.

Des chutes principalement liées à l’état de santé de la personne, à ses habitudes de vie (la sédentarité, paradoxalement, augmente le risque, mais aussi la dénutrition ou la consommation d’alcool), à un environnement inadapté, mais aussi à la peur de tomber.

« Au-delà de la chute en elle-même, la peur qu’elle entraîne, qu’elle soit liée à des antécédents ou non, est un des premiers facteurs qui entraîne une nouvelle chute. Un cercle vicieux peut alors s’installer et nuire fortement à l’autonomie des personnes âgées et à leur maintien à domicile. Cette peur n’est pas inéluctable, et peut être travaillée avec l’aide d’un kinésithérapeute ou d’un psychomotricien », précise Duy Nghiem, médecin expert personnes âgées au sein de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Face à ce risque, il convient d’adopter de bons réflexes.

D’abord, se mettre à la pratique d’une activité physique régulière, afin, notamment, d’améliorer son équilibre.

Ensuite, consulter régulièrement son médecin traitant pour détecter des troubles sensoriels, des difficultés pour se déplacer ou d’autres indicateurs de fragilité. Il pourra aussi identifier les traitements, les interactions non médicamenteuses qui pourraient causer des chutes.

Enfin, aménager son domicile : deux chutes sur trois y ont lieu. Dans cette optique, il peut être utile de faire appel à un ergothérapeute pour se faire conseiller, ou de se rendre dans un Cicat (centre d’information et de conseil en aides techniques) pour des conseils sur les solutions possibles et les aides pour les financer.

Partager cet article

Facilavi

Merci de ces rappels.
La prévention par l'activité physique a un vrai rôle à jouer pour le bien-être et l'autonomie des seniors et des personnes âgées !