Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Prescrire des soins sociaux face aux dangers de l’isolement ?

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 05/07/2021

0 commentaires

Les neurosciences sont formelles aujourd’hui : on sous-estime l’impact de l’isolement sur le cerveau et donc sur la santé.

Dans Slate​.fr, une médecin précise que les personnes souffrant de solitude sont deux fois plus susceptibles de rencontrer des problèmes mentaux”. Au point qu’au Pays de Galles, les médecins généralistes sont invités à prescrire des soins sociaux.

Or une étude menée par l’association les Petits Frères des Pauvres en juin dernier montrait que 720 000 personnes âgées n’avaient eu aucun contact avec leur famille durant le premier confinement.

Et si en France, les médecins prescrivaient le plan d’aides OSCAR (Offre de service coordonnée pour l’accompagnement de ma retraite) pour mieux vieillir à domicile ?

Et si chaque citoyen, chaque élu rejoignait les associations engagées dans la ré-ouverture complète les établissements pour personnes âgées dépendantes ?

Et si les initiatives se déployaient partout sur le territoire pour lutter contre l’isolement des proches aidants à l’occasion de la Journée nationale le 6 octobre prochain ?

Et si l’on sortait de leur bulle, voire de leur isolement les personnes atteintes de maladies neuro-évolutives, neurodégénératives en utilisant notamment des applications mobiles triées sur le volet ?

Et si pour lutter contre la solitude non choisie, l’isolement, chacun préparait avec ses proches son petit musée de la mémoire ?

Et si les milliardaires qui cherchent à faire voler les citoyens de tous les âges autour de la terre, investissait dans la qualité de vie sur terre ?

Les périodes de vacances sont des périodes à risque sur le terrain. Elles riment avec retrouvailles pour les uns mais aussi avec le renforcement des risques d’isolement pour d’autres. Solidarités connectées, Villes Amies des Aînés, rôles clés des élus, initiatives solidaires comme Stop à l’isolement”, les équipes citoyennes Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement des plus âgés)… les recommandations de rapports comme celui de Jérôme Guedj en juillet dernier contre l’isolement gagneraient à être déployés… sans tarder.

Car les coûts de cet isolement risquent d’être prohibitifs pour nos comptes sociaux, sans compter les souffrances pour toutes les personnes isolées et leurs proches inquiets. D’autant que la transition démographique s’accélère avec l’arrivée progressive aux âges avancés des baby-boomers.

Et si la lutte contre l’isolement devenait grande cause nationale, traduite dans nos politiques publiques sonnantes et trébuchantes ? 

Et si, parce que nous avons tendance à médicaliser les difficultés sociales, il fallait en passer par la prescription de liens sociaux pour tous nous mobiliser contre les isolements ? 

Partager cet article
Tags