Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

Prix des Ehpad : la facture franchit la barre des 2000 euros

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/05/2021

0 commentaires

Une somme importante qu’il est possible d’alléger grâce à différentes aides financières

2004 euros par mois. C’est le montant minimum qu’affichera la facture mensuelle dans un Ehpad sur deux. Une somme qui ne cesse d’augmenter alors que la pension de retraite moyenne d’un salarié ayant effectué une carrière complète s’élevait la même année à 1099 euros.

Ce chiffre de 2004 euros correspond au tarif mensuel médian : la moitié des Ehpad facture moins, l’autre moitié plus.

Plus précisément, indique la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), 10 % des établissements coûtent 1724 euros ou moins par mois, 40 % entre 1724 et 2004 euros, 40 % entre 2004 et 2909 euros, et 10 % plus de 2909 euros.

infographie cnsa prix ehpad 2019
Infographie CNSA

Des disparités qui s’expliquent principalement, selon la Caisse, par le prix de l’immobilier, qui varie fortement d’un département à l’autre, entre les grandes villes et leur périphérie : « Le prix médian d’une chambre seule en hébergement permanent varie ainsi de 1 628 euros par mois pour la Haute-Saône à 3 264 euros par mois dans le département des Hauts-de-Seine, soit un prix deux fois supérieur », commente la CNSA.

Ce tarif médian a augmenté de 27 euros entre 2018 et 2019 (+ 1,39 %).

Pour rappel, différentes aides financières peuvent aider à régler la facture : les aides au logement (APL notamment), le chèque énergie, l’aide sociale à l’hébergement…

Mais l’Ehpad n’est pas la seule solution qui s’offre pour les personnes âgées qui quittent leur ancien domicile.

Les résidences autonomie font partie de ces solutions intermédiaires.

Etablissements médicosociaux (à la différence des résidences services pour séniors, privées), elles sont destinées aux personnes autonomes de 60 ans et plus (seules ou en couple).

Aucun professionnel de santé n’y travaille, mais il est possible d’y faire venir des professionnels extérieurs (aide à domicile, infirmier…), comme à domicile.

Les résidents disposent d’un logement autonome (du studio au T2 équipé d’un espace cuisine et une salle de bains), mais peuvent aussi profiter des équipements et services collectifs : salle de restaurant, animations, activités…

Ces établissements ont par ailleurs été bien moins impactés par l’épidémie de covid-19, avec 1,10 cas positif pour 100 résidents en moyenne contre 9,97 en Ehpad. Une différence significative due principalement à l’indépendance des logements en résidence autonomie, et à la moindre présence de professionnels travaillant au sein de ces structures (13 pour 100 résidents, contre 64 pour 100 en Ehpad).

Partager cet article