Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Punk, proche aidant et boomer

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 2 min

Date de publication 03/05/2021

2 commentaires

Le chanteur des Sex Pistols, Johnny Rotten, avait rendu publique la maladie neuro-évolutive de sa femme dès 2018.

Il décrit dans la presse les hauts et les bas de la vie avec cette maladie d’Alzheimer : quand sa femme le reconnaît et lui sourit avec malice ou quand elle met accidentellement le feu à leur maison et ne peut plus prendre son petit-déjeuner autrement qu’avec un biberon.

Le chanteur de la version punk de God save the queen n’a jamais eu peur de vivre en envoyant valser les convenances.

En « anarchist in the UK », il aurait pu fuir la situation mais non, il est bien présent auprès de sa femme malade. On imagine ce rebelle indomptable se laver consciencieusement les mains face aux risques de contamination et aller se faire vacciner en tant que proche aidant d’une personne en situation de vulnérabilité, comme le recommande la Haute autorité de santé (HAS).

Johnny Rotten est un proche aidant aux cheveux en pétard bien conscient que « cette maladie est un processus malfaisant, débilitant, lent et délibéré, mais nous le traversons ensemble ». 

Il raconte qu’il ne souhaite pas confier sa femme à une maison de retraite. On imagine sa colère à tout casser si sa femme vivait dans un de ces établissements hors cadre, faisant fi des mesures de déconfinement post covid.

Si pour le chanteur, les tarifs de ces maisons ne seraient pas un frein, en France, leur coût moyen a dépassé les 2000 euros aujourd’hui. Un enjeu clé pour aider à vieillir debout dans des structures abordables, accessibles et de qualité pour le prix demandé. 

S’il vivait en France, le proche aidant Johnny Rotten verrait ses droits défendus par le Collectif Je t’aide qui a une nouvelle présidente. Il organise chaque année la Journée nationale des aidants le 6 octobre, avec le soutien d’agevillage.com.

A 65 ans, Johnny Rotten est un parfait « boomer » pointé du doigt par une campagne bien maladroite d’EELV pour les régionales. Le parti écologiste est tombé dans les pièges de l’âgisme, cette discrimination délétère liée à l’âge. Rappelons qu’elle est délétère à la fois pour les personnes âgées mais aussi pour les autres générations qui auront bien du mal à se projeter vers leur futur au risque d’un No future comme le hurlaient les Sex Pistols.

Le parti écologiste est revenu en arrière, s’excusant de sa maladresse. Il salue plutôt la mobilisation intergénérationnelle pour le climat et pour la révolution de la longévité. Car nous serons tous, un jour ou l’autre, aidants d’un de nos proches. Mais aussi tous aidants de nous-mêmes et d’une planète unique, fragile et dépendante de nos choix, de nos comportements.

Avec l’énergie et l’irrévérence des Sex Pistols dans les oreilles.

Partager cet article
Tags

Raphaëlle Murignieux

Un grand merci monsieur Philipe B. pour ce message qui fait chaud au cœur.
C’est vous, les lecteurs d’Agevillage.com, d’Agevillagepro.com, qui nous aidez à tenir et avancer.
Vous : citoyens qui avancent en âge, proches aidants, professionnels du prendre soin, élus, militants…
Faites passer le lien vers Agevillage.com, vers sa newsletter hebdomadaire, pour soutenir encore plus de monde et aider à vieillir debout, malgré tout, jusqu’au bout.
Plus on aura de lecteurs, plus la vie d’Agevillage sera longue !
(R. Murignieux pour A. de Vivie)

Baliteau

Comme d'habitude Madame la Présidente votre analyse reste exceptionnelle, votre humanité l'est tout autant.
Que dire de plus, si non que nous nous retrouvons totalement dans tous vos dires.
Le mot merci, n'est largement pas suffisant...
Une supplications: Continuez !
Philippe B