Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Etre aidant, être aidé

Réforme des retraites : du mieux pour les aidants ?

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 23/01/2023

0 commentaires

Alors que le texte a été présenté ce lundi en conseil des ministres, au lendemain d’une immense mobilisation contre la réforme des retraites, que penser d’un projet qui promet « une avancée majeure pour nos aidants » ?

La ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, Geneviève Darrieusecq, l’affirmait le 10 janvier : la réforme va améliorer la retraite des aidants, en comptabilisant « les années passées comme accompagnant d’un parent âgé ou d’un enfant handicapé », et en créant « une assurance vieillesse des aidants ». 40 000 aidants seraient concernés par ces mesures chaque année.

Des affirmations à prendre avec des pincettes. D’abord parce qu’il existe déjà une « assurance vieillesse des aidants ». Sauf qu’elle s’appelle aujourd’hui l’assurance vieillesse du parent au foyer (AVPF).

L’AVPF est ouverte aux aidants d’une personne en situation de handicap (enfant de moins de 20 ans ou adulte de votre famille) présentant au moins 80 % d’incapacité permanente, mais aussi aux aidants de personnes âgées en perte d’autonomie qui prennent un congé de proche aidant.

Durant toute la période du congé, c’est la Caf qui cotise à l’assurance vieillesse en lieu et place de l’aidant en congé, mais seulement à hauteur du Smic (ou d’une fraction de celui-ci en cas de temps partiel).

Par ailleurs, les aidants d’enfants ou d’adultes en situation de handicap bénéficient déjà d’une majoration, à hauteur d’un trimestre par période d’aide de 30 mois, dans la limite de huit trimestres. La réforme élargira-t-elle ce droit aux aidants de personnes âgées en perte d’autonomie, comme l’annonce la ministre ?

Enfin, aujourd’hui, les aidants qui ont cessé de travailler pendant au moins 30 mois consécutifs pour aider un proche ont droit à une  retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres cotisés, à 65 ans, contre 67 ans normalement.

Pas sûr, donc, que la réforme apporte tant d’avancées pour les aidants. 

À suivre dans les prochains jours…

Partager cet article