Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vivre chez soi

Rénovation énergétique : MaPrimeRénov' évolue

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 05/09/2022

0 commentaires

Pour la santé de notre planète comme celle de notre porte-monnaie, il devient indispensable d’améliorer nos consommations d’énergie. Pour accompagner les Français qui souhaitent se lancer dans des travaux de rénovation énergétique, le dispositif MaPrimeRénov’ a été mis en place en 2020. Il doit prochainement évoluer. Explications.

Un vrai succès… au bilan mitigé. En 2021, certes, 764 732 dossiers ont été déposés et 644 073 primes ont été accordées, pour un montant total de 2,06 milliards d’euros. Mais seuls 2500 logements ont quitté le statut de « passoire thermique » la même année, au lieu des 80 000 prévus, indique la Cour des comptes.

En cause, des travaux insuffisants et pas toujours efficaces. Aussi, à partir de 2023, les candidats à l’aide devront se faire accompagner dans leurs démarches par un tiers de confiance, « l’Accompagnateur Rénov’ », dans certains cas.

À savoir :

  • Si l’aide demandée concerne de la performance énergétique globale du logement (MaPrimeRénov’ Sérénité) et son coût est supérieur à 5000 euros ; 
  • À partir du 1er septembre, si la demande d’aide concerne des travaux de deux gestes ou plus pouvant bénéficier de la prime de transition énergétique, avec un coût supérieur à 5000 euros et une demande d’aide supérieure à 10 000 euros ;
  • Pour les travaux qui font l’objet de demandes d’aides distinctes dépassant ces seuils et intervenant dans un délai de 3 ans à compter de la première demande d’aide formulée.

Vous avez dit « Accompagnateur Rénov’ ? »

Il s’agit d’un assistant à maîtrise d’ouvrage ou un opérateur agréé par l’État ou désigné par une collectivité locale. 

Il devra :

  • Effectuer une visite, un diagnostic et préconiser quels travaux réaliser,
  • Conseiller les bénéficiaires de MaPrimeRénov’ dans le choix des artisans et des devis,
  • Les aider pour les démarches administratives, pour mobiliser les financements,
  • Les conseiller à la fin du chantier.

Le coût de cet accompagnement peut être financé en partie par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), la ville, le département ou la région.

Pour en savoir plus, contacter France Rénov’

Partager cet article