Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vivre chez soi

Solutions géocalisées, lunettes connectées : la téléassistance innove pour accompagner les besoins d’aujourd’hui

Auteur Rédaction

Temps de lecture 4 min

Date de publication 07/10/2022

0 commentaires
Publicommuniqué Allianz

Solution simple mais efficace pour permettre à une personne âgée fragile de rester vivre chez elle en toute sécurité, la téléassistance est née dans les années 1970. Au fil des années, les techniques ont évolué pour proposer aujourd’hui des solutions innovantes et performantes. Tour d’horizon.

C’est l’association parisienne Delta 7 qui, la première, imagine une solution face à l’isolement des personnes âgées : seules chez elles, comment alerter en cas d’accident ?

C’est ainsi que la téléassistance naît en 1974. Très vite, elle prend une dimension sociale qui a encore cours aujourd’hui : 10 % seulement des appels émis par les utilisateurs de solutions de téléassistance correspondent à des situations d’urgence et nécessitent une intervention. 

Le reste du temps, l’opérateur de téléassistance est surtout là pour rassurer et échanger avec l’utilisateur.

Dans son fonctionnement classique, appuyer sur le bouton de la téléassistance permet d’être mis en lien avec un opérateur. Celui-ci évalue alors la situation, pose des questions à la personne utilisatrice.

Si cette dernière ne répond pas, ou fait part à l’opérateur d’une situation d’urgence (chute, malaise, perte de repères…), il alerte les personnes désignées lors de la signature du contrat (voisin, famille…) ou, si besoin, les secours.

Ces systèmes « historiques » sont les plus utilisés aujourd’hui : plus de 500 000 Français en sont équipés.

Ils présentent l’avantage de la simplicité : il suffit de connecter un boîtier sur la ligne fixe du client, qui communique avec le bouton d’alarme. Celui-ci peut se présenter sous forme de collier, de bracelet, ou être porté à la ceinture, l’idée étant de l’avoir sur soi en permanence.

Une solution pour chaque besoin

Si ce système continue de faire ses preuves, l’offre de téléassistance s’est peu à peu étoffée au fil des années.

Pour sécuriser les utilisateurs en dehors de chez eux, des systèmes mobiles, géolocalisés, ont fait leur apparition sur le marché. En cas d’accident lors d’une promenade par exemple, ils pourront alerter qui de droit. Idéal pour les amoureux du grand air et les seniors actifs !

Ils peuvent prendre la forme de téléphones portables, ou de boutons d’alarme munis d’un micro, d’un haut-parleur et d’une carte SIM intégrés.

D’autres sont équipés de détecteurs de chute : si la personne tombe brutalement et qu’elle ne peut pas activer le dispositif, le service de téléassistance est immédiatement prévenu.

Les montres connectées peuvent aussi rendre ce type de service, et permettent en plus de surveiller les constantes vitales et l’activité de leurs porteurs. Elles pourront indiquer, par exemple, si la personne s’est levée, est sortie de chez elle…

Une solution qui peut toutefois être perçue comme intrusive, et nécessite dans tous les cas le consentement de l’utilisateur.

Plus originales, les lunettes connectées présentent l’avantage de la discrétion. En effet, c’est la peur de la stigmatisation qui freine souvent les utilisateurs potentiels des solutions de téléassistance.

Grâce au détecteur de chute intégré, elles préviendront automatiquement le centre d’écoute en cas de chute brutale. Mais le porteur peut aussi donner l’alerte lui-même grâce à un bouton situé sur la branche droite des lunettes, et être mis en relation avec un opérateur.

Les avantages de la téléassistance

Suggérer à un proche de s’équiper d’une solution de téléassistance permet tout d’abord à son entourage de garder l’esprit tranquille. En cas de souci, les personnes désignées pourront intervenir rapidement bien sûr, mais surtout, la personne fragile sera en mesure de donner l’alerte à tout moment : un facteur sécurisant pour elle comme pour son entourage.

De même, elle offre un lien permanent avec l’extérieur, une forme de soutien moral bien utile, notamment quand il devient compliqué de sortir de chez soi : après une hospitalisation, en cas de grand froid ou de fortes chaleurs…

Certains opérateurs proposent d’ailleurs de compléter l’offre téléassistance par un service d’appels de convivialité.

Quatre conseils pour bien choisir

Il existe de multiples offres et opérateurs de téléassistance : pour faire le bon choix et souscrire la solution la plus adaptée, un temps de réflexion s’impose.

Conseil n°1 : se poser les bonnes questions… à deux

Quelles sont les motivations qui poussent à s’équiper ? Celles de la personne fragile sont-elles les mêmes que celles de son entourage ? Quelles sont les craintes principales : chute, accident domestique, incident à l’extérieur ?

La souscription envisagée vient-elle en réponse à une envie de présence, de convivialité ?

Conseil n°2 : s’intéresser au service fourni

Tout d’abord, comment sera envoyé le matériel ? Sera-t-il installé par le prestataire ? 

Ensuite, à quelle fréquence seront vérifiés les équipements ? Que se passe-t-il en cas de panne ou de dysfonctionnement ?

Conseil n°3 : choisir son équipement

Selon les besoins ou les envies, il faudra peut-être opter pour une solution mobile, qui fonctionne en dehors du domicile. Pour lever les réticences, mieux vaudra choisir un bouton d’alarme discret. 

Et toujours, vérifier la présence des normes en vigueur, comme la norme EN 50 134 pour le transmetteur.

Conseil n°4 : bien lire les contrats

Il est tout d’abord essentiel de s’assurer que le prestataire est bien déclaré « service à la personne », pour être remboursé de 50 % du coût sous forme de crédit d’impôt.

De comparer ensuite les durées des contrats, les coûts bien sûr au regard du service fourni, les options complémentaires, les modalités de résiliation et de retour de l’équipement le cas échéant…

Partager cet article