Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Trouver son lieu de vie

« Suppression des protocoles, droit commun et liberté » : à l’heure du déconfinement, familles, résidents et professionnels plaident pour une réouverture totale des Ehpad

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 3 min

Date de publication 05/07/2021

0 commentaires

La France est officiellement déconfinée depuis le 30 juin, et la vie reprend presque son cours normal. Seuls les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont soumis à des restrictions. Le 1er juillet, quatre associations de résidents, de professionnels et de directeurs ont pris la parole pour s’élever contre une situation qu’elles jugent inadmissible.

« Pourquoi pas nous ? Pourquoi nous vivons toujours sous un protocole qui n’a plus de raison d’être alors que le reste de la France est déconfinée ? », interrogeait le 1er juillet Philippe Wender, 83 ans, résident d’Ehpad et président de l’association Citoyennâge.

Et en effet, même s’il ne s’agit que de protocoles sans caractère obligatoire – seul un décret, une loi ou un arrêté font force de loi -, ces textes continuent d’être appliqués, et parfois avec excès de zèle, dans les établissements.

Selon les estimations de Béatrice Aujardias, du collectif Familles 42, 700 à 1400 Ehpad, sur les 7700 que compte la France, appliqueraient des restrictions excessives.

Pour Sara Piazza, psychologue clinicienne en service de réanimation et en équipe mobile de soins palliatifs et fondatrice du collectif Vital, « il y a aujourd’hui une situation de discrimination inadmissible », ce qui génère, entre autres, des inégalités dans l’accès aux soins : « être entouré de ses proches fait partie du soin (…). Le maintien du lien avec ses proches est vital pour vivre et guérir », affirme la psychologue, qui demande une réouverture totale des hôpitaux et des Ehpad.

Précisément, les collectifs demandent : 

  • La liberté totale d’aller et venir pour les résidents (sorties sans conditions) ; 
  • La liberté de recevoir leurs proches quand ils le souhaitent ;
  • De pouvoir partager le déjeuner au restaurant de l’établissement ;
  • De permettre les visites des mineurs.

« Nous demandons que nos proches en Ehpad soient des citoyens comme les autres », résume Béatrice Aujardias.

Avec, nuance Pascal Champvert, président de l’association de directeurs AD-PA, un protocole d’urgence pour les établissements où circule le virus. « Mais pour le reste, il faut des règles claires, et la règle claire, c’est l’ouverture totale des établissements ».

D’autant qu’au vu de leur taux de vaccination, les résidents sont aujourd’hui protégés contre la covid-19. Mais certains directeurs se retrancheraient contre la faible vaccination des soignants pour maintenir des restrictions.

Une vaccination qui pourrait devenir obligatoire pour les professionnels, à en croire les dernières déclarations de Jean Castex et d’Olivier Véran. Mais pour les quatre associations, les deux sujets sont décorrélés : il s’agit d’appliquer les mêmes droits pour tous les Français.

Pendant ce temps, ailleurs en France

Le 30 juin marquait la dernière étape du déconfinement, avec la suppression des jauges dans les restaurants, les musées et les magasins. Quelques restrictions demeurent cependant pour les salles de concerts, les discothèques et les lieux accueillant plus de 1000 personnes.

Dans ces derniers, le pass sanitaire sera exigé. De même que pour voyager au sein de l’Union européenne : le pass sanitaire européen étant entré en vigueur le 1er juillet.

Pour obtenir ce certificat numérique de non contamination au covid-19, il suffit de se connecter au téléservice dédié de l’Assurance maladie.

Vous pourrez alors accéder au QR code et aux informations sur la vaccination pour les personnes ayant reçu les injections : vaccin administré, nombre de doses, date et pays de la vaccination.

Les personnes ayant installé l’application TousAntiCovid pourront télécharger le certificat dans l’application en scannant le QR code situé en bas à gauche de l’attestation, après l’avoir imprimée ou tout simplement en scannant leur écran d’ordinateur.

Pour les autres, il suffit de prendre le QR code en photo et de conserver cette image dans leur téléphone portable, afin de pouvoir présenter le code si besoin. 

Partager cet article