Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

The Father : une plongée dans le labyrinthe Alzheimer

Auteur Guillaume Vonthron

Temps de lecture 2 min

Date de publication 07/06/2021

0 commentaires

Lauréat de deux oscars, The Father est enfin sorti dans les salles de cinéma françaises. Cette adaptation d’une pièce de théâtre à succès propose une véritable immersion au cœur des méandres de la maladie d’Alzheimer. Une expérience unique qui invite à considérer autrement les malades et ceux qui les entourent.

Anthony (Anthony Hopkins), atteint de la maladie d’Alzheimer vit dans un appartement avec sa fille Anne (Olivia Colman) qui l’accompagne au quotidien. 

Peu à peu, la réalité semble se brouiller, les personnages se mélange, l’appartement se transforme, les éléments disparaissent, les pièces se déplacent et les questions s’amoncellent dans le crâne d’Antony comme dans celui du spectateur qui devient véritablement acteur dans le film. 

J’ai essayé de faire en sorte que le spectateur se retrouve lui-même dans ce labyrinthe” précise Florian Zeller, auteur de la pièce de théâtre et réalisateur de son adaptation. 

L’effet est particulièrement réussi, le spectateur se perd progressivement, doute constamment, ne sait qui croire, perd tout repère. 

Plus qu’un énième film où la maladie d’Alzheimer fait figure d’un prétexte scénaristique, The Father place le spectateur comme un acteur du film. 

Désorienté, vulnérable, le spectateur accompagne pendant 1h30 Anthony dans ce labyrinthe. 

La seule issue semble apparaitre du côté des aidants.

D’Anne, sa fille, qui l’accompagne chaque jour, luttant pour contenir ses émotions face à un père qu’elle voit se dérober, ou encore ces aidants professionnels qui viennent régulièrement apporter soutien et réconfort. 

La tendresse émanant de l’entourage semble constituer la seule solution pour apaiser Anthony et ses angoisses. 

The Father propose une expérience puissante, inédite au cinéma, autour de la maladie d’Alzheimer, de sa complexité aux dégâts qu’elle peut engendrer autour d’elle.

Un film qui brille autant par l’inventivité de sa mise en scène minimaliste que par les prestations bouleversantes de ses acteurs, et qui invite à porter un autre regard sur ceux qui sont touchés par la maladie mais aussi sur ceux qui les entourent.

The Father
de Florian Zeller
sorti le 26 février 2021

Les seniors désignent leur prix littéraire

Comme chaque année, le Prix Littéraire Domitys est décerné par les habitants des résidences services seniors.

Après plusieurs mois d’échanges au sein des clubs de lecture mis en place au sein des résidences du groupe, les résidents ont décerné le 10ème Prix Littéraire Domitys à La Femme révélée écrit par la journaliste et romancière Gaëlle Nohant.

Ce roman retrace le parcours d’une photographe américaine dans les années 50, obligée de tout quitter, y compris son fils, et de fuir vers l’Europe.

La Femme Révélée
de Gaëlle Nohant
éditions Grasset
20 €
Partager cet article