Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Toussaint, crise covid : quid de la mort dans notre société

Auteur Annie De Vivie

Temps de lecture 1 min

Date de publication 25/10/2021

0 commentaires

La crise sanitaire a repositionné la mort au devant des réalités individuelles et collectives.

Chaque année, la Toussaint invite tout un chacun à un temps de pause, de réflexion, de visite de ses morts… et ce n’est pas rien. Comme nous le montrent Delphine Horvilleur dans Vivre avec nos morts et Marie de Hennezel dans Vivre avec l’invisible.

Ce n’est pas rien de regarder notre parcours de vie, debout, jusqu’au bout… jusque dans des maisons de retraite, des établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) rassurants et reconnus comme par ce palmarès des Echos. Le meilleur” établissement est labellisé Humanitude. Il sera mis en avant ce 4 novembre pour la soirée de notre colloque annuel Agevillage/​Humanitude à Paris (soirée libre, gratuite, ouverte à tous !).

Concernant ces établissements à l’image si lugubre, si vite qualifiés de mouroirs, lire aussi cette semaine cette bande dessinée sur un quadragénaire décidant d’aller retrouver le goût de la vie en Ehpad : L’homme qui voulait être vieux.

Ce n’est pas rien de vivre avec les accidents de vie, comme un AVC qui peut rendre aphasique et rendre difficile la communication, au point de faire appel à un orthophoniste, voire de se former en ligne en tant qu’aidant.

Ce n’est pas rien de connaître ces métiers comme l’ergothérapeute, cet allié du maintien à domicile aux compétences encore méconnues.

Ce n’est pas rien de connaître les ressources pour une espérance de vie sans incapacité qui n’est pas la même selon les territoires favorisés ou non économiquement, plus ou moins ruraux (ce qui rend notamment l’accès aux soins plus difficile).

Ce n’est pas rien d’oser regarder, parler, vivre avec la mort, avec ces fantômes, ces invisibles… et donc avec la vie. La crise sanitaire nous imposera sûrement un lieu de recueillement pour tous ses morts. Elle n’a pas fait advenir la loi Grand âge-autonomie-générations solidaires mais la vie est longue…

Je vous souhaite une belle fête de la Toussaint 2021.

Partager cet article