Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître vos droits

Une loi grand âge n’est pas le moyen « le plus approprié pour passer à l’action » pour J.C. Combe

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 22/08/2022

0 commentaires
Capture d'écran Assemblée nationale

Ce n’est pas un scoop : l’écosystème du grand âge est à bout de souffle. La pénurie de personnel atteint des sommets, les Ehpad, notamment privés, dont l’image était déjà peu reluisante ont été à nouveau mis en cause par l’enquête Les fossoyeurs parue en janvier, les aidants s’épuisent… Pour autant, la loi grand âge maintes fois annoncée continue d’être repoussée.

Le nouveau ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, Jean-Christophe Combe, ex directeur général de la Croix-rouge, présentera sa feuille de route le 31 août lors du séminaire gouvernemental de rentrée, apprenait-on dans Le Monde le 17 août.

Seulement, celle-ci ne devrait pas contenir de projet de loi grand âge, indique le quotidien : pour le ministre, une loi « ne (…) semble pas forcément le plus approprié pour passer à l’action ».

Pourtant, la présidente de la commission des Affaires Sociales de l’Assemblée nationale Fadila Khattabi annonçait une loi grand âge le 29 juillet au micro de France Inter (à 2h36).

Une loi réclamée de longue date par les professionnels, une partie des sénateurs et des députés, mais aussi les particuliers.

Pour sa part, le député socialiste Jérôme Guedj, auteur du Plaidoyer pour les vieux et ancien président du conseil départemental de l’Essonne, a décidé de prendre les choses en mains.

Avec son confrère Boris Vallaud, il propose la création d’un groupe de travail transpartisan sur la transition démographique. Ils souhaitent que ses travaux débutent en septembre.

De son côté, l’Observatoire du grand âge (Ogra) se met aussi au travail. Une conférence de lancement des groupes de travail est en effet organisée en visio le 8 septembre à 14h30.

Professionnels, aidants, élus, bénévoles, personnes âgées… la conférence est ouverte à tous et toutes.

Le lien de connexion sera prochainement partagé sur les réseaux sociaux et le site de l’Ogra.

Partager cet article